L'organisme La Butineuse de Vanier et son directeur, Mathieu Bernier, ont travaillé avec les enfants afin de planter quelque 300 plants de fruits et de légumes.

Un jardin sur le toit pour la santé des enfants

La Butineuse de Vanier, qui a pour mission d'assurer la sécurité alimentaire des enfants et de leurs familles, a maintenant un jardin sur son toit. L'organisme sans but lucratif est le bénéficiaire cette année du projet Mission Jardins Urbains, supporté par diverses fondations et entreprises.
Le projet, qui en est à sa deuxième année, a pour but de doter au moins un organisme par année d'un jardin urbain. Les bénéficiaires sont supportés financièrement pendant deux ans, mais doivent pour se qualifier faire la démonstration qu'ils sauront assurer la pérennité des plantations. L'an dernier, c'est le Pignon bleu qui a été retenu.
«C'est un heureux hasard» si les deux premiers organismes ont des missions semblables, disait hier Jean Beauchemin, de la Fondation gdg, l'une des organisations subventionnaires. En principe, tous les types d'organismes sont admissibles, en autant qu'ils répondent aux critères. Le projet a aussi pour but de réduire les îlots de chaleur en milieu urbain, d'où la nécessité d'être situé en ville.
La Butineuse de Vanier, situé sur la rue Proulx à Québec, offre les repas du midi à faible coût (1,50 $) aux enfants de deux écoles primaires de ce secteur. Une centaine de familles sont desservies, et de 35 à 50 enfants s'y rendent chaque jour. L'an dernier, 12 000 repas ont été servis. L'organisation offre aussi des collations dans une école secondaire, des boîtes à lunch dans un terrain de jeu durant l'été, et des repas en garderie (voir www.labutineusedevanier.com).
Elle gère également deux services lucratifs, soit la préparation de repas sous vide pour des personnes en perte d'autonomie et un service de traiteur. Les profits servent à financer sa mission sociale, indiquait hier son directeur, Mathieu Bernier.
Projet éducatif
Les quelque 300 plants de fruits et légumes qui poussent sur le toit ont tous été semés sur place à partir de mars, avec le concours des enfants, ce qui permet de donner un caractère éducatif au projet. L'aménagement a été réalisé avec l'aide des Urbainculteurs, un organisme sans but lucratif qui supporte le développement de l'agriculture urbaine. Les organisations à la base du projet Mission Jardins Urbains sont la Fondation gdg, la Fondation communautaire du grand Québec et la Fondation McConnel. La firme Soprema donne la membrane géotextile, et des ingénieurs de la firme Roche apportent gratuitement leur expertise pour assurer la capacité portante du toit.
La valeur du support offert oscille entre 7000 $ et 8000 $ la première année. Le lancement des soumissions pour le projet de 2013 devrait être publié en août sur le site Internet, www.missionjardinsurbains.org.