L'homme a été transporté à l'hôpital pour traiter de graves blessures. Aucune description de l'agresseur n'était pour l'instant disponible.

Un homme blessé lors d'une violente bagarre à Limoilou

Un homme a subi de graves blessures vers 17h, samedi, lors d'une bagarre à la sortie du bar Star Zone, situé aux Galeries de la Canardière, dans Limoilou.
La victime, un homme de 54 ans, de Québec, reposait toujours dans un état critique tard samedi soir. Selon le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), l'homme était inconscient à l'arrivée des forces de l'ordre.
Quant au présumé agresseur, les autorités ne l'avaient toujours pas trouvé, samedi soir, a fait savoir Catherine Viel, porte-parole pour le SPVQ.
«L'enquête est toujours en cours. Nous avons une grosse équipe d'enquêteurs de mobilisée.»
Ces enquêteurs s'affairaient à récolter des dizaines de déclarations de témoins pour obtenir de l'information qui permettrait de retrouver le suspect. Aucune description de l'homme n'était disponible au moment d'écrire ces lignes, les policiers étant au début de leur enquête. Le bar a été fermé à la clientèle de 17h30 à 20h30.
Selon la serveuse qui travaillait au Star Zone au moment de l'altercation - elle était la seule employée à tenir le bar ouvert -, la victime n'était pas un habitué de l'établissement. «Je n'ai rien vu, ça s'est passé dans le stationnement», a-t-elle ajouté. «On m'a seulement dit d'appeler l'ambulance.»
Selon nos information, le second belligérant s'était rendu à plusieurs reprises au bar par le passé. Il serait dans la quarantaine et avait la réputation d'être un client tranquille.
Pas une surprise
Un ancien employé du bar interrogé par Le Soleil près du périmètre de sécurité n'était pas surpris qu'un tel événement survienne dans ce secteur.
«Ce n'est pas la première fois que la police fait des descentes dans ce bar-là», a-t-il raconté. «Ça s'est calmé, avant c'était pire que ça.»
Deux jeunes filles s'inquiétaient de leur côté pour un ami qui fréquente le bar à l'occasion. «Ce n'est pas un bar pour les jeunes», a dit l'une d'elles.
«Quand on y est allées [une fois], on s'est fait offrir de la drogue. Et il y a des gars qui nous ont suivies aux toilettes.»
Le propriétaire de l'établissement n'a pu être joint, samedi soir.