Charley, jouée par Julianne Moore, ne sait rien des plans funestes que mijote son ami George, interprété par Colin Firth.

Un homme au singulier: le jour le plus long

Le premier (et très réussi) long-métrage de Tom Ford, Un homme au singulier (v.f. de A Single Man), raconte une journée dans la vie d'un homme au bord du désespoir. Après la mort tragique de son jeune amant, décédé dans un accident de la route, George Falconer (Colin Firth) décide que la vie ne vaut plus la peine d'être vécue. À la fin de la journée, c'est décidé, il ne sera plus de ce monde.
Alors que les heures s'étirent à n'en plus finir, dans une Amérique des années 60 plongée en pleine crise des missiles cubains, ce professeur d'université gai, toujours tiré à quatre épingles, met en scène son ultime départ. Même Charley (Julianne Moore), sa voisine et confidente, une femme désoeuvrée et portée sur la bouteille, ne sait rien de ce que son ami mijote.
À la différence du roman de Christopher Isherwood, dont s'inspire Ford, le scénario d'Un homme au singulier porte en filigrane le thème de la mort annoncée, aboutissement logique pour Falconer d'une vie qui n'a plus de sens sans son compagnon (Matthew Goode). Or, plus cette journée fatidique avance, plus cet intellectuel rangé sera confronté à des situations qui l'amèneront à reconsidérer son projet funeste, dont une rencontre avec un jeune étudiant au regard bleu océan (Nicholas Hoult).
Sens de l'esthétisme
Au-delà du récit habilement mené, le film de Ford se distingue par son grand sens de l'esthétisme. Ex-designer vedette chez Gucci et Yves St-Laurent, Tom Ford aime le beau. Tout dans son film le démontre avec éloquence, que ce soit la photographie, les cadrages, la musique, l'ambiance d'époque rappelant les magazines de luxe des sixties. Ford a une façon élégante de «déconstruire» son histoire au montage pour la conduire à bon port, sans jamais perdre le fil conducteur, celui de parler d'amour au-delà de l'orientation sexuelle.
Auréolé du prix d'interprétation masculine au Festival de Venise, Colin Firth possède tous les atouts pour se glisser parmi les candidats à un Oscar. Ce comédien inclassable et insaisissable apporte à son personnage un mélange de force, de retenue et de désespoir.
Un grand rôle pour un film d'une beauté tragique.
Au générique
Titre : Un homme au singulier (v.f. A Single Man)
Genre : drame de moeurs
Réalisateur : Tom Ford
Acteurs : Colin Firth, Julianne Moore, Matthew Goode et Nicholas Hoult
Salles : Le Clap
Classement : 13 ans
Durée : 1h39
Cote : ****
On aime : le jeu nuancé de Colin Firth, l'esthétisme de la mise en scène, le montage, la photographie et la trame sonore
On n'aime pas : -