Un homme attaqué et brûlé vif à Québec

Un homme de 24 ans a été arrêté samedi à Québec après avoir aspergé d'essence et incendié une connaissance dans le stationnement d'un restaurant du boulevard Wilfrid-Hamel. Le jeune homme pris pour cible s'en tire avec des brûlures sur 30 % de son corps.
Un appel au 9-1-1 a été fait à 11h40 pour rapporter la présence d'un homme muni d'un bidon d'essence qui menaçait de mettre le feu au Yuzu du 565, boulevard Wilfrid-Hamel.
Le suspect s'en est pris à un homme de 19 ans qu'il connaissait à l'extérieur du restaurant où ce dernier se trouvait.
Selon une femme qui a été témoin de l'altercation, l'agresseur présumé a d'abord roué de coups sa victime, qui ne semblait pas répliquer. Il l'a ensuite aspergée d'essence et a mis le feu. «Il riait de ça», se souvient Sandra Pinette, qui marchait en direction de sa résidence quand elle a aperçu la scène d'une rare violence.
Ce sont deux militaires qui auraient secouru la victime en l'incitant à se rouler dans la neige pour éteindre les flammes, raconte Mme Pinette. «Le jeune homme qui a mis le feu partait pour s'en aller, mais il y a un militaire qui l'a pogné, qui l'a mis à terre, pis qui l'a retenu jusqu'à tant que la police arrive», ajoute la femme visiblement sous le choc.
La victime souffre de brûlures au premier et au deuxième degré sur 30 % de son corps, indique le superviseur à la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec, Dominique Hamel. Elle était hors de danger, samedi soir.
L'agresseur allégué a été arrêté sur les lieux par les policiers, avant d'être transporté à l'hôpital, puisqu'il présentait des brûlures à l'avant-bras. Il s'agit de blessures moins importantes que celles de la victime, précise le superviseur ambulancier. Le suspect devait être interrogé dans la soirée de samedi.
Circonstances nébuleuses
Une femme de 20 ans est aussi impliquée dans l'agression. Elle est considérée comme un «témoin» par la police, qui confirme que les trois jeunes se connaissent. La jeune femme a été admise à l'hôpital pour y traiter un choc nerveux.
La police n'était pas en mesure, samedi, de préciser les liens qui unissent les jeunes ni les circonstances qui ont mené à l'agression. «Les enquêteurs sont à démêler toute l'histoire pour comprendre ce qu'il s'est passé», a relaté la porte-parole de la police, Christine Lebrasseur. Celle-ci précise que le suspect de 24 ans devrait faire face à des accusations criminelles qui restent à être déterminées. L'individu devrait comparaître lundi au palais de justice de Québec.