Le palais de justice de Québec

Un fraudeur multirécidiviste volait sa propre mère

Steve Poitras, fraudeur multirécidiviste de 46 ans de Saint-Nicolas, a plaidé coupable, jeudi, à des accusations de fraude totalisant quelque 180 000 $, dont 23 000 $ volés à sa propre mère, pourtant sous la protection du curateur public.
Les gestes reprochés à l'individu, qui a une longue fiche de route en matière de fraude, se sont déroulés entre 2012 et 2015. Il venait tout juste de purger une peine de deux ans après avoir été condamné pour fraude en 2011.
Lors de la description des faits, le procureur de la Couronne, MeGuillaume Michaud, explique que Poitras appliquait une stratégie bien huilée auprès des institutions bancaires.
«Il ouvrait des comptes de banque en disant travailler à l'hôpital de l'Enfant-Jésus et gagner un revenu de 85000 $. Ça fonctionnait puisqu'il fournissait de faux documents et de faux chèques.» Évidemment, la plupart des chèques qu'il y déposait avant de les retirer étaient sans provision.
En réalité, l'accusé travaillait dans une résidence pour personnes âgées. Il a fraudé son employeur et une résidente de l'endroit.
Me Michaud a aussi révélé que le quadragénaire a réussi à frauder sa propre mère pour une somme de 23 000 $, alors qu'elle se trouvait sous la protection du curateur public. «Il a encaissé des rentes de son père décédé qui devaient être versées à sa mère.»
Sur les 180 000 $ qu'il a tenté d'escroquer, les victimes, incluant les institutions bancaires, essuient une perte sèche de 100 000 $. Les établissements visés par la fraude sont la HSBC, BMO, Desjardins et la CIBC.
Criminel notoire
En 2005, Poitras faisait déjà la manchette. Le Soleil écrivait alors qu'il avait commis des fraudes totalisant quelque 100 000 $ aux dépens d'une dizaine de commerces et de cinq personnes.
Mais sa carrière remonte aussi loin que 1990. Il a été, tour à tour, détenteur d'un faux baccalauréat ès sciences, responsable d'un programme de maintien à domicile dans une résidence pour personnes âgées et promoteur dans le domaine du multimédia.
Son modus operandicomprenait à coup sûr le vol, ainsi que la fabrication et l'utilisation de faux documents. Lors de sa plus récente arrestation, il a également tenté de se faire passer frauduleusement pour un membre de sa famille.
Steve Poitras doit revenir devant le tribunal le 20 novembre pour les représentations sur la sentence.