Le candidat du Parti québécois dans Jean-Lesage entend se pencher sur le problème du nickel dans Limoilou et sur la construction d'un centre hospitalier de 1,7 milliard $.

Un effet PKP dans Limoilou, dit Châteauvert

En dépit de sondages les plaçant derrière le Parti libéral du Québec dans la région, le Parti québécois fera une percée dans la capitale, estime le candidat dans Jean-Lesage Pierre Châteauvert. Et le saut en politique du magnat de la presse Pierre Karl Péladeau se fait déjà sentir sur le terrain, assure le candidat péquiste.
Pierre Châteauvert tente de nouveau sa chance dans Jean-Lesage. Une circonscription où le chantier du nouvel amphithéâtre bat son plein et où le retour possible des Nordiques fait rêver bien des citoyens. Des projets portés dans le passé par l'homme d'affaires Pierre Karl Péladeau, désormais dans les rangs péquistes.
Un candidat controversé. Mais pas pour Pierre Châteauvert, qui a d'ailleurs fait campagne avec Pierre Karl Péladeau cette semaine. «C'était fantastique», assure-t-il. «Vraiment, j'ai été impressionné. C'était unanime.»
L'ancien bras droit d'Agnès Maltais dit n'avoir entendu qu'une seule opinion divergente dans son porte-à-porte concernant l'actionnaire de contrôle de Québecor.
Et les coups de sonde, qui tendent à démontrer que la venue de M. Péladeau donne des ailes aux libéraux en ravivant le débat sur la souveraineté? «C'est un choc. C'est un événement», reconnaît le candidat.
«C'est un avantage absolument exceptionnel, de rassembler, de mettre tout ça dans le même chaudron. Ça brasse. Et à un moment donné, tu l'ouvres...» explique-t-il à propos de la coalition péquiste.
«Ça va créer des débats, il va y avoir des courants de pensée et des débats intéressants. Moi, je suis profondément convaincu que ça va donner des résultats super intéressants.»
Les intentions de vote en ce début de campagne n'ont que peu d'intérêt selon lui. «Là, on est dans une période qui brasse beaucoup. Et c'est ça qui est intéressant», ajoute-t-il. Au final, «la valeur de l'équipe» concoctée par Pauline Marois convaincra les électeurs de la capitale, estime-t-il.
Lutte sans merci
Pierre Châteauvert a bien l'intention de détrôner le libéral André Drolet le jour du scrutin. Sur le plan local, il entend poursuivre le combat contre le port de Québec. «Il faut mettre un point final à la problématique de pollution qui nous vient du port», avance-t-il.
Il ne digère toujours pas les épisodes de poussière rouge dans Limoilou en raison du nickel. «Moi, je les nettoie, mes bords de fenêtre», soutient-il. «C'est pas réglé pantoute.»
Son parti n'hésitera à prendre la voie des tribunaux pour résoudre ce problème, avance-t-il. «Il faut y aller en terrain solide. C'est du droit. Il ne faut pas que tu te trompes.»
Autre dossier majeur pour Jean-Lesage: la construction d'un nouvel hôpital à l'emplacement de l'Enfant-Jésus. «Il s'en vient un centre hospitalier de 1,7 milliard. Quand tu as un gros projet comme ça, il faut que ça soit bien fait», affirme Pierre Châteauvert. Pas question pour son parti de tergiverser sur le choix du site, promet le candidat. «La décision est très ferme.»