Line Ouellet, directrice générale et directrice des expositions du Musée national des beaux-arts du Québec

Un écrin du XXIe siècle pour le MNBAQ

À l'occasion de l'ouverture du nouveau pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec, Groupe Capitales Médias revient sur cette aventure architecturale, artistique, urbaine et festive. Prochain rendez-vous le 8 juin. 1er de 4
En plus de doubler l'espace d'exposition et de permettre un grand redéploiement des collections, le nouveau pavillon du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) reliera le grand parc des plaines d'Abraham et Montcalm, qui devient le Quartier des arts.
L'institution inaugurée le 5 juin 1933 s'inscrira ainsi plus visiblement dans la ville de Québec et dans le XXIe siècle. «Nous voulions un écrin de classe internationale pour montrer l'art du Québec», indique Line Ouellet, directrice générale et directrice des expositions.
Au terme d'un concours international d'architecture lancé en 2009, le concept de la firme new-
yorkaise OMA (Office for Metropolitan Architecture), en partenariat avec Provencher Roy et Associés, architectes, a été retenu pour l'agrandissement du Musée. «La force du concept d'OMA est de prolonger le parc, avec des toits-jardins, et de rejoindre la ville en utilisant l'art comme élément rassembleur», explique Mme Ouellet.
L'entrée principale du Musée sera dorénavant directement sur la Grande Allée, qui longe les Plaines et mène à la Colline parlementaire. C'est l'occasion de réaménager cette artère principale, en réduisant la largeur de la rue, en élargissant les trottoirs et en baissant le plafond lumineux pour inciter les piétons qui arpentent le Vieux-
Québec à prolonger leur promenade jusqu'au complexe muséal.
Le quatrième pavillon, qui ouvrira ses portes le 24 juin, vient s'ajouter aux pavillons Gérard-Morisset, de style néo-classique, Charles-Baillairgé, qui a été la prison de Québec pendant un siècle et au pavillon central, en verre et en granit, inauguré en 1991. Il portera le nom de Pierre Lassonde en l'honneur du mécène et homme d'affaires qui est à la tête du conseil d'administration du MNBAQ depuis 2005.
Place à l'architecture
L'architecture étant un secteur des beaux-arts, le nouveau pavillon permettra de laisser un patrimoine du XXIe siècle aux générations à venir. Pour Line Ouellet, le nouveau pavillon de verre et d'acier invite à la promenade, en ville et au parc, et celle-ci a tout d'une expérience esthétique. «Il y a des moments où on est projetés vers l'extérieur, des moments où on est enveloppés, où on prend conscience du patrimoine et de la nature qui nous entoure», glisse-t-elle. Puisque les portes des 12 salles d'exposition seront en verre et immenses, l'art et la lumière se refléteront partout. 
Plus de détails au www.mnbaq.org
Le chantier en chiffres
103,4 millions $ : coût total du projet (45,1 M$ du provincial, 33,7 M$ du fédéral et 24,6 M$ du privé)
21,8 m : hauteur de l'édifice, équivalant à un immeuble de sept étages
14 900 m2 : superficie totale du nouveau pavillon
12 nouvelles salles d'exposition seront aménagées
95 % de l'enveloppe extérieure est constituée de verre 
79 marches composent l'escalier monumental