Le leader syndical de la Côte-Nord Bernard «Rambo» Gauthier

Un dîner de cons et cher payé, estime «Rambo» Gauthier

«Pour 44 millions $, c'est cher payé», a lancé Bernard «Rambo» Gauthier, avec le franc-parler qu'on lui connaît désormais. Le leader syndical de la Côte-Nord va jusqu'à qualifier l'exercice de «dîner de cons» qui «n'a rien donné».
«Je ne pense pas accorder beaucoup de crédibilité [au rapport], parce que les vrais acteurs n'ont pas été amenés à la table, poursuit-il, soulignant l'absence de l'ex-premier ministre du Québec, Jean Charest, devant la commission. J'ai l'impression que ç'a été monté de toutes pièces [...] qu'ils voulaient fouetter du monde sur la place publique.»
«Rambo» Gauthier s'inclut d'ailleurs «dans le show», relatant son témoignage devant la juge France Charbonneau et les commissaires. «Ils étaient plus à la recherche d'un monstre que de quelqu'un qui allait faire connaître la vérité [sur l'industrie]», croit le représentant de l'Union des opérateurs de machinerie lourde.
Bernard Gauthier est d'avis que le rapport de la commission tire davantage vers la protection du «donneur d'ordre» plutôt que de celle du travailleur en matière d'intimidation et de violence sur les chantiers. Selon lui, des entrepreneurs menacent encore aujourd'hui des ouvriers tandis que ce volet a été écarté des recommandations.