Un défilé empli d'amour et de paix

«Les événements qui sont arrivés dimanche, on est tous sensibles à ça... On ne peut pas changer quelque chose du défilé en lien avec ces événements-là, mais on y pense tous.»
À la suite de l'attentat survenu dimanche à la Grande Mosquée de Québec, le concepteur du défilé du Carnaval, Ghislain Turcotte, dit avoir parlé et réfléchi avec l'organisation de la fête d'hiver sur la façon dont cette tragédie pourrait affecter l'événement, alors que les chars et les nombreux personnages parcourront les rues de Charlesbourg samedi.
Étant dans les derniers préparatifs aux ateliers du Carnaval, M. Turcotte a indiqué au Soleil jeudi qu'il était trop tard pour faire des changements à la conception du défilé, mais il a insisté sur le fait que toute l'équipe y a mis «beaucoup d'amour et de paix».
«On est là pour ça, pour que la vie soit belle, pour que la paix règne et que le défilé puisse contribuer à ça. Au fond, on est là avec notre coeur, le changement se fait à l'intérieur de nous-mêmes. Il va y avoir ce qu'on a voulu mettre, mais avec plus de sensibilité disons», a ajouté M. Turcotte.
Bestiaire bonifié
Plusieurs nouveautés viendront colorer le défilé 2017, dont un bestiaire bonifié. Après l'accueil enthousiaste des loups, puis des cerfs l'an dernier, l'équipe qui planche sur les décors a conçu des poissons multicolores qui vont «nager» dans les glaces du fleuve avec des narvals - surnommés «licornes des mers». Plusieurs chouettes seront aussi ajoutées au «tableau des vents», dont fait partie le char immaculé où prendront place les duchesses.
Un «animal grandiose» en mettra aussi plein la vue aux festivaliers, promet Ghislain Turcotte, dans un nouveau tableau qui s'insérera vers la fin du défilé.
Histoire de garder la surprise, le concepteur révélera seulement que ce tableau évoque les rêves et qu'il sera illustré par un «théâtre d'ombres». «On est un peu dans le firmament», glisse M. Turcotte, qui collabore avec le Carnaval pour une troisième année.
Les deux grands canots que l'on a déjà vus ont été entièrement revampés, arborant de nouveaux motifs colorés d'inspiration amérindienne, ainsi que des glaces qui seront illuminées.
Avec ses 14 tableaux, le défilé se veut une grande fresque hivernale. «On l'appelle la cité nordique. On met de l'avant l'imaginaire, les légendes. Les deux dernières années, les nouveautés étaient à la fin [du défilé], mais la cité nordique est plus grande cette année», mentionne Ghislain Turcotte, précisant que les nouveautés s'insèrent un peu partout au travers des plus vieux décors. 
Une reine chez elle
Croisée à la sortie des ateliers, la reine du Carnaval, Claudine Julien, a confié au Soleil avoir très hâte au défilé de samedi, puisqu'il se déroulera dans son duché de Charlesbourg. «Ça fait depuis 1985 que Charlesbourg n'avait pas eu de reine [...] J'ai beaucoup d'amis qui seront présents, ainsi que ma famille» a indiqué la maman de trois enfants, coiffée de sa couronne. 
Quelque 600 participants prendront part au défilé en sa compagnie, ainsi que celle, incontournable, de Bonhomme Carnaval.
Vendredi au Carnaval...
• Concours de bûcherons, 12h à 16h (aussi samedi et dimanche), Camp à Jos (Parc de la Francophonie)
• Sculptures sur neige - volet international, En continu (jusqu'à dimanche), Parc de l'Amérique-Française
Note : Le Défi flag football à l'Université Laval est annulé.