Radio Radio est aujourd'hui composé de Gabriel L. B. Malenfant et de Jacques Alphonse Doucet. Arthur Comeau a collaboré au nouvel album, mais il a quitté le groupe depuis pour se consacrer à un projet solo.

Un dansant retour aux sources pour Radio Radio

Avec leur quatrième album, en magasin mardi, les gars de Radio Radio commencent en feelant beige et finissent en feelant zoo. Entre les deux, les nouvelles compositions des rappeurs acadiens se déclinent dans une palette de rythmes dansants et de thèmes colorés convergeant vers un but clair : plaire aux fans de la première heure et faire lever le party en spectacle.
Après une aventure plus expérimentale - et, avouons-le, plus hermétique - avec Havre de Grâce en 2012, la formation a voulu se rapprocher de ses racines. Le nouvel effort, Ej Feel Zoo, ne loge donc pas trop loin de Cliché Hot (2008), qui les a fait connaître, ni de Belmundo Regal (2010), qui a solidifié ses liens avec le public d'ici. La formation ne renie pas son dernier disque, mais reconnaît qu'elle a peut-être perdu quelques joueurs en chemin.
«On voulait faire une suite plus upbeat à l'autre album, qui ressemble plus à ce pour quoi les gens nous connaissent», explique Jacques Alphonse Doucet. Havre de Grâce, ç'a été le fun à faire pour nous d'un point de vue artistique. Mais c'est vrai que les fans qui connaissaient Radio Radio ont trouvé que c'était un peu à gauche. On est donc revenu au Radio Radio que le monde connaît et nous aussi on a eu beaucoup de fun à le faire.»
Fidèles à leurs habitudes, les musiciens se sont isolés dans un chalet en Nouvelle-Écosse pour créer leurs nouvelles chansons. «On lance l'album au printemps, on crée en automne. Il y en a qui vont à la chasse, nous, on va en studio», résume Doucet. Le cadre campagnard a encore été fertile pour faire naître la musique résolument urbaine de Radio Radio.
«Il y a le lac juste à côté, à 100 mètres, avec un quai et un bateau. On peut blaster la musique du chalet. Comme il n'y a pas de voisins, c'est le temps de se donner! La musique rebondit sur le lac et selon mon expérience, quand ça sonne bien sur le lac, ça sonne bien dans les écouteurs!» décrit Doucet, qui forme Radio Radio avec Gabriel L. B. Malenfant. L'autre membre du trio, Arthur Comeau, a collaboré au nouvel album, mais a depuis quitté le navire pour se consacrer à un projet solo. Il a lancé son premier album, 3/4, il y a quelques semaines.
Contrastes
S'ils sont doués pour faire danser, les gars de Radio Radio n'ont jamais eu peur d'aborder des thèmes plus graves dans leurs chansons. Mais à leur manière, bien sûr : «On aime faire des sujets sérieux, mais à la légère», rappelle Jacques Alphonse Doucet. Ils ont par exemple évoqué l'homophobie dans la joyeuse Guess What? ou convoqué leurs fans dans leur All Inclusive War Tour, ni plus ni moins qu'un «tout-inclus» en zone de guerre...
Ej Feel Zoo ne fait pas exception. Si la pièce-titre invite à laisser sortir son côté sauvage, elle cache un second degré. Idem pour la réjouissante 50 Shades of Beige, qui ouvre l'album. «Beige, c'est une couleur plate, mais on essaie de la rendre le fun. Et zoo, c'est censé être le fun, mais, en même temps, si tu te sens comme un animal en cage, ça ne l'est pas tellement», laisse entendre Doucet.
Quand Radio Radio chante l'endettement, c'est avec un air plutôt relax. Même si notre interlocuteur admet, anecdote de jeunesse à l'appui, «qu'être broke, c'est pas le fun».
«Quand suis parti de la baie Sainte-Marie pour aller à Moncton, ma dernière cenne, je l'ai pris pour mettre du gaz dans mon char, raconte-t-il. Je dormais sur le divan de Gabriel à Moncton. J'étais presque rendu à vivre dans mon char parce que je ne voulais pas retourner à la maison et je ne voulais pas avoir à téléphoner à ma mère pour lui demander de mettre un peu d'argent dans mon compte de banque.»
À l'inverse, le récit déluré d'enterrement de vie de garçon immortalisé sur la pièce Bachelor Party n'est pas si près de la réalité... «C'est drôle parce que mon bachelor party à moi, ce n'était pas ça pantoute! lance Doucet. C'était comme plate, honnêtement. On était quatre amis autour d'une table et on jouait aux cartes. Et ce n'était même pas une game de poker le fun. C'est pour ça que je dis au début que c'est le bachelor party que j'aurais voulu avoir...»
Vous voulez y aller?
Qui : Radio Radio
Quand : le 4 avril à 21h (ouverture des portes à 20h)
Où : Le Cercle
Billets : 20 $ en prévente, 24 $ à la porte
Info : www.le-cercle.ca