La nouvelle est apparue en Une du journal canadien National Post.

Un chroniqueur embarrasse le National Post en voulant appuyer le NPD

Le journaliste politique Andrew Coyne abandonne ses fonctions de responsable des pages éditoriales au National Post, à cause d'un «différend professionnel» avec la direction du quotidien canadien.
<p>Le chroniqueur du National Post Andrew Coyne </p>
Dans une série de messages sur Twitter, lundi, M. Coyne indique cependant qu'il restera chroniqueur.
La semaine dernière, le journaliste voulait, dans sa chronique, aller à l'encontre de la «ligne du journal», en souhaitant exprimer son soutien à un autre parti que celui appuyé par la direction du National Post, le Parti conservateur. Sa chronique n'a pas été publiée. Il a écrit plus tard sur Twitter qu'il voulait appuyer le candidat néo-démocrate parce que «les conservateurs ne méritent pas d'être reportés au pouvoir, et que les libéraux ne méritent pas une majorité».
Dans 13 messages Twitter consécutifs, M. Coyne explique que, selon les dirigeants de Postmedia, une position divergente «aurait semé la confusion chez les lecteurs et aurait embarrassé le quotidien».
Pourtant, selon M. Coyne, le rôle du chroniqueur est de livrer franchement son avis sur des sujets d'intérêt public, même si son employeur ne partage pas ses opinions. Ces divergences de vues ne créent pas de confusion mais constituent plutôt une approche honnête, selon lui.
Le journaliste convient que les propriétaires d'un journal ont le droit d'afficher un parti pris éditorial. Par contre, M. Coyne ne voulait surtout pas laisser croire qu'il endossait l'appui accordé par ses patrons aux conservateurs de Stephen Harper.