Pierre-Thomas Asselin est candidat pour le Parti conservateur dans Québec.

Un candidat conservateur «mystère» dans Québec

Un mystère entoure le candidat conservateur dans Québec, Pierre-Thomas Asselin. À l'exception de son nom et de sa photo imprimée sur les pancartes, difficile d'obtenir d'autres informations sur son profil puisque son équipe de campagne juge qu'il est pour l'instant inapproprié d'en dévoiler davantage.
Sur le site de campagne du Parti conservateur du Canada (PCC) où sont affichés les candidats, aucune biographie n'est encore disponible. La page Facebook de Pierre-Thomas Asselin n'en disait pas plus lundi, deux semaines après le déclenchement des élections. Son responsable des communications, André Langlois, est demeuré tout aussi muet lorsque Le Soleil a réclamé son CV ou, du moins, quelques renseignements sur celui qui tentera de battre Annick Papillon dans Québec.
«Pour le moment, il fait le tour du comté et il en a plein les bottes», a répondu André Langlois qui précise ne pas vouloir favoriser un média au détriment d'un autre en fournissant de telles informations. Son métier? Son âge? «Ce n'est pas le temps d'en parler», réplique M. Langlois. Il promet toutefois que le tout sera dévoilé «en temps et lieu» sur son site Internet qui est présentement en construction. 
Impossible donc de présenter Pierre-Thomas Asselin. «Et c'est une bonne chose pour le moment», insiste son porte-parole. L'on peut simplement souligner qu'il est le fils de l'entrepreneur de 54 ans Jean-Pierre Asselin qui brigue la circonscription de Louis-Hébert, lui aussi pour les conservateurs.
André Langlois refuse jusqu'au début du mois de septembre toute demande d'entrevue, même sur les enjeux du territoire qu'il couvre. «S'il commence à dévier du plan de match qu'on a établi, on va perdre le contrôle complètement, plaide-t-il. [...] Ce n'est pas un ministre, c'est un bonhomme bien ordinaire qui se lance en politique.»