Donald Trump aurait encaissé des pertes abyssales, selon sa déclaration de revenus de 1995, à la suite de ses échecs retentissants dans les casinos d'Atlantic City.

Trump pourrait avoir évité les impôts pendant 18 ans

Le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump pourrait avoir évité, de manière légale, de payer des impôts pendant près de 20 ans en déclarant des pertes de 916 millions $ en 1995, rapporte le New York Times samedi.
La question des impôts du milliardaire américain est primordiale, et très sensible à la fois, car le magnat de l'immobilier a toujours refusé de rendre publiques ses déclarations de revenus, un geste qu'accomplissent traditionnellement les candidats à la présidence des États-Unis dans un souci de transparence. Sa rivale démocrate Hillary Clinton s'est, elle, exécutée.
Le New York Times dit avoir eu accès, par une source anonyme, à la déclaration fiscale de Donald Trump au titre de l'année 1995. Et, affirme le quotidien, il aurait «déclaré des pertes de 916 millions $». Bien qu'on ignore ses revenus imposables pour les années suivantes, cette somme colossale pourrait lui avoir permis de retrancher en toute légalité 50 millions $ de ses revenus imposables chaque année «pendant 18 ans», c'est-à-dire jusqu'en 2013.
Les pertes abyssales qu'aurait encaissées M. Trump seraient dues, selon le Times, à ses échecs retentissants dans le monde des casinos d'Atlantic City, sur la côte Est, et à d'autres débâcles, dans le secteur hôtelier et le transport aérien.
Interrogé au sujet de l'article du New York Times, le candidat n'a pas réagi dans l'immédiat.
Son équipe de campagne a publié un communiqué qui ne fait pas mention des 916 millions $ de pertes, mais assure que Donald Trump, «un homme d'affaires talentueux», «ne paye pas plus d'impôts que ce qu'exige la loi».
Le New York Times, a encore accusé l'équipe de M. Trump, «n'est que le prolongement de la campagne Clinton, du Parti démocrate et de leurs intérêts spécifiques».