Après environ trois séances de patinage ou de hockey, les papas doivent resurfacer la glace en arrosant.

Trucs de pros pour une patinoire réussie

Ça y est, vous avez décidé de vous lancer dans la confection de votre patinoire maison. Armé de votre boyau, vous vous demandez par où commencer. Ne reculant devant rien, Le Soleil a cherché pour vous les meilleurs conseils pour une glace réussie dans l'arrière-cour. Nos experts? Deux papas dévoués qui passent leur hiver à pelleter, à gratter, à arroser, pour le bonheur de leur marmaille et des gamins du quartier : Normand Drolet, de Boischatel, et Steve Paquet, de Val-Bélair.
<p>Steve Paquet et ses enfants Camille (bleu) et Hugo (rouge), près de la patinoire familiale. </p>
Installer des bandes ou pas?
Quand on prévoit faire une patinoire plusieurs années de suite, autant bien faire les choses et mettre les efforts nécessaires, argue Normand. Des bandes de bois sont de loin supérieures aux ourlets de neige : la rondelle y rebondit au lieu de s'y enfoncer. Les deux papas installent leurs bandes soutenues par des équerres fin octobre, début novembre, avant que la neige ne recouvre le sol. Ah, et en parlant du sol, c'est l'un des aspects souvent négligés dans la confection d'une patinoire. Il doit être le plus au niveau possible pour des résultats optimaux, souligne Normand.
Un fond de neige tapée ou une bâche?
«Écraser la neige, c'est complètement dépassé», tranche sans détour Normand, qui ne jure que par la bâche de polythène (de grade moyen ou fort) qu'on achète en rouleau dans n'importe quelle quincaillerie. Autour du 20 décembre, on souffle la neige qui s'est accumulée dans la patinoire pour ne laisser qu'une fine couche sur laquelle on étend la bâche. Celle-ci est fixée au bas des bandes et on remonte les rebords de six à huit pouces pour former un genre de bassin. «On arrose dans les minutes qui suivent», précisent nos experts, et on ne met pas plus de trois pouces d'eau.
Quand arroser et à quelle fréquence?
Après environ trois séances de patinage ou de hockey, les papas doivent resurfacer la glace en arrosant. Aucun outil spécialisé n'est nécessaire, assurent-ils. Le boyau fait amplement l'affaire. Trucs de pro : arroser le soir, ça gèle plus vite, et jamais avant une averse de neige, qui viendrait bousiller la surface fraîchement égalisée. Et surtout ne pas oublier de rentrer le boyau dans la maison après, pour éviter que le gel ne le fasse fendre. Avec le temps, Steve a développé une astuce. Il remplit quatre barils d'eau et les vide tous en même temps sur la glace pour une finition parfaite, jure-t-il.
Combien de temps y consacrer?
Pelleter, gratter, balayer, arroser, réparer les imperfections. Tenez-vous-le pour dit, la patinoire maison demande une foule de petits soins qui exigent du temps. Avec son beau-frère et le grand-papa de ses enfants, Normand consacre facilement une dizaine d'heures par semaine à l'entretien de la patinoire. Encore plus quand survient un redoux, auquel cas c'est généralement à recommencer, soupire-t-il. Même constat chez Steve, qui se considère comme chanceux d'avoir une blonde qui accepte de passer ses soirées hivernales seule.
Combien ça coûte?
Le principal investissement, de «quelques centaines de dollars», ira dans l'achat de bois pour la confection des bandes qu'on réutilisera. Ne reste qu'à payer chaque année un montant minime pour la toile de fond.
Conseils en rafale
>› Quand il pleut, même si cela vous torture, ne touchez à rien. Le froid reviendra bien assez vite pour figer le tout.
>› Avant d'arroser, nettoyez la surface à l'aide d'un balai-brosse pour une glace encore plus lisse.
>› Ne marchez pas sur la patinoire avec les mêmes bottes que vous utilisez dans la vie de tous les jours. Elles peuvent y déposer sel et calcium, ennemis de la glace!
>› Prévoyez un éclairage autour ou au-dessus de l'ère de patinage. Il fait noir tôt, au Québec, en hiver!
*******************