Travailleur électrocuté en juillet 2013 à l'Université Laval: équipement défectueux

Une rallonge électrique endommagée sous tension et une prise électrique temporaire sans disjoncteur ont causé la mort d'Alain Turcotte le 17 juillet dernier sur le chantier d'un abribus à l'Université Laval.
Le propriétaire de l'entreprise de soudure qui porte son nom a été victime d'une électrocution au moment où il effectuait des travaux sur la structure d'un abribus en construction dans la rue de la Foresterie.
Michel Bilodeau, inspecteur de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), a expliqué que le décès relève d'une série d'événements fortuits qui n'auraient eu aucun effet funeste si l'équipement avait été conforme.
Peu avant midi, M. Turcotte monte dans un escabeau en aluminium pour installer une dernière pièce à la structure. Malheureusement, l'escabeau entre en contact avec une rallonge électrique sous tension à l'un des endroits où la gaine de la rallonge est brisée. À cet endroit, le fil noir qui transporte l'électricité est aussi dénudé.
L'électrocution se produit à l'instant où la victime touche avec son corps un câble armé accroché à la structure après qu'il fut monté dans l'escabeau.
Pour ajouter au malheur, la chaleur qui régnait en cette journée a facilité l'électrocution. En effet, les vêtements de M. Turcotte étaient détrempés par la sueur, puisque le mercure oscillait entre 28 et 30°C, ne lui offrant plus aucune protection isolante.
Dernier point, mais non le moindre, la prise électrique temporaire installée dans l'abribus ne comportait pas de disjoncteur permettant de couper le courant automatiquement en cas d'accident.
Guylaine Poulin, directrice de la prévention et de l'inspection à la CSST, indique qu'un constat d'infraction pouvant atteindre 12 000 $ a été remis au responsable du chantier, les Entreprises QuébecHaB. La Commission estime que c'est sa responsabilité de s'assurer que l'équipement utilisé par les sous-traitants est conforme aux lois. L'entreprise conteste l'amende.
«Nous tenons à rappeler aux employeurs l'importance de travailler de façon sécuritaire avec l'électricité. De 2008 à 2012, au Québec, il y a eu 985 accidents d'origine électrique, et 19 travailleurs ont perdu la vie», conclut-elle.