Mike Portnoy, l'ex-batteur de Dream Theater, a tenu à rassurer les fans. Si le spectacle a commencé avec beaucoup de retard, aucun couvre-feu n'est venu interrompre la prestation du supergroupe Transatlantic.

Transatlantic: dose de «prog» plus tardive que prévu

Les amateurs de rock progressif qui avaient acheté leur billet pour le spectacle du supergroupe Transatlantic mercredi soir au Capitole ont finalement eu droit à leur dose de «prog», mais plus de deux heures plus tard que prévu puisque le vol sur lequel prenait place le groupe a été retardé en raison du mauvais temps qui faisait rage à Toronto.
Attendu à 15h30, c'est finalement à 19h que l'avion d'Air Canada qui transportait les musiciens a touché le sol de Québec. La bande de l'ex-batteur de Dream Theater Mike Portnoy et du bassiste de Marillion Pete Trewavas est arrivée au Capitole à 20h, heure initialement prévue pour le début du spectacle.
Bons princes, les fans du groupe ont attendu sans trop rechigner. Ils ont même applaudi Portnoy quand il est venu leur expliquer la situation en personne vers 20h45. «Nous nous excusons du retard. S.V.P, soyez patients et allez prendre une bière en attendant», a lancé le batteur.
Il était 22h15 quand Portnoy, Trewavas, le chanteur et claviériste Neal Morse et le guitariste Roine Stolt sont enfin montés sur scène en compagnie du guitariste et chanteur du groupe Spock's Beard, Ted Leonard, qui les accompagne en tournée.
Transatlantic a commencé la soirée avec Into the Blue, l'épopée de 25 minutes qui lance son dernier album, Kaleidoscope, paru il y a quelques jours. Haut perché à gauche de la scène, Morse menait le bal entouré de ses claviers et Portnoy lui donnait la réplique installé lui aussi sur une plateforme surélevée à l'autre extrémité.
Avant de se lancer dans My New World, tirée du premier album du groupe, Portnoy a repris la parole pour rassurer le public. «J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous: la bonne, c'est qu'il n'y a pas de couvre-feu et que nous allons jouer tout le spectacle. La mauvaise, c'est que vous allez tous vous coucher très tard ce soir. Il faudrait peut-être penser à vous faire porter malades au travail demain.»
Le ton était donné pour une prestation de deux heures 45 minutes que, heure de tombée oblige, nous avons dû quitter après que le groupe eut à peine entamé The Whirlwind, une pièce fleuve de 78 minutes que le groupe écourte de moitié en spectacle.