L'équipage du Dynamique Guadeloupe a touché port lundi matin, gagnant la Transat Québec Saint-Malo dans sa catégorie.

Transat: Dynamique Guadeloupe gagne seul contre lui même

Alors que le gagnant de la quatrième - et dernière - catégorie de la neuvième présentation de la Transat Québec-Saint-Malo se pointait à l'arrivée, lundi matin, un autre voilier rentrait au port de ce côté-ci de l'Atlantique. Accroché à un remorqueur de haute mer depuis trois jours, le Musandam Oman Sail est arrivé à Saint-Pierre et Miquelon après avoir chaviré, la semaine dernière, en essayant de battre le record de l'épreuve.
Tôt lundi, le Dynamique Guadeloupe a franchi le fil d'arrivée après un peu plus de 14 jours en mer pour l'emporter en classe50. Son défi était simple : partir du point A et arriver au point B, peu importe la durée de la traversée... car il n'y avait qu'un voilier de cette catégorie au départ puisque le Team Jolokia, du skipper Pierre Meisel, n'avait pu participer à la course en raison d'une avarie.
Le chevronné marin français Luc Coquelin aura mis 14 jours, 6 heures, 9 minutes et 43 secondes pour l'emporter une deuxième fois en trois participations à La Transat Québec- Saint-Malo. Pour l'occasion, celui qui a déjà grimpé cinq fois sur le podium de la Route du Rhum avait invité des stagiaires de Guadeloupe Grand Large à bord, histoire de joindre l'utile à l'agréable. Il était aussi accompagné de sa femme.
Les dernières heures ont aussi permis à plusieurs participants de la Classe40 de rentrer à la maison, comme Talenta, Groupe Sétin et Esprit Scout.
Les autres vainqueurs de la Transat Québec-Saint-Malo étaient déjà connus, il s'agissait de Spindrift 2 en classe Ultime, qui a réussi le record de la traversée; Arkema en classe Multi50, et Tales 2 en classe40.
Le Musandam Oman Sail arrive à Saint-Pierre
Plus tard, on confirmait aussi que Musandam Oman Sail venait d'arriver au port de Saint-Pierre dans l'archipel français situé à 25 km au Sud de Terre-Neuve. Il était accroché depuis trois jours au Maersk Cutter, un navire de 80 mètres adapté pour de telles circonstances.
«Après avoir été contacté par l'équipage, la première étape était de trouver un bateau capable de mener à bien cette mission, puis de retrouver, retourner et remorquer le trimaran. Il y avait de la mer, mais il y avait sur place tous les moyens pour que tout se passe pour le mieux», a fait savoir Philippe Paturel, chef d'orchestre de l'opération.
Les cinq membres d'équipage du Musandam Oman Sail avaient été rapatriés à Terre-Neuve, le 19 juillet, après que le trimaran se soit retourné à plus de 800 kilomètres à l'Est, dans l'Atlantique. Citoyen de Stoneham, l'Irlandais Damian Foxall était resté sur place pour travailler à la récupération du bateau de 70 pieds. Le Musandam Oman Sail devrait maintenant repartir vers la France à bord d'un cargo.