Bernard Derome (à gauche) et Gaétan Montreuil ont fait part de leurs souvenirs sur la crise d'Octobre au journaliste Guy Gendron (à droite) dans deux épisodes spéciaux de Tout le monde en parlait.

Tout le monde en parlait: un remède au grand oubli

Si Tout le monde en parle est la grand-messe actuelle du dimanche soir à Radio-Canada, Tout le monde en parlait est plutôt un rendez-vous pour ceux qui souhaitent se faire raconter, de la bouche des acteurs eux-mêmes, les grands dossiers de notre passé.
Tout le monde en parlait se penche sur des sujets sociaux, la politique, le sport, la culture, les faits divers, qui ont parfois plus de portée qu'on le croit... Les crimes de Léo-Paul Dion, surnommé «le monstre de Pont-Rouge», ont par exemple exacerbé le débat sur la peine de mort au pays.
«Ce qui fait la force de cette émission-là est qu'en neuf ans, on n'a jamais eu un "lologue" - politicologue, sociologue, etcetera. C'est toujours avec les acteurs des événements qu'on travaille», indique Guy Gendron.
Cette contrainte fait que l'affaire Morgentaler, par exemple, n'a jamais pu être abordée, parce que le fameux docteur, qui a été un acteur déterminant de la lutte pour le droit à l'avortement au Canada, était déjà passablement éprouvé par la vie quand l'équipe l'a approché. L'histoire du Stade olympique, qui avait été envisagée pour cet été, devra elle aussi attendre le retour au Québec de l'architecte Roger Taillibert, très occupé au Moyen-Orient.
Tout le monde en parlait est tournée presque exclusivement en studio et les invités racontent leur histoire devant un mur de toile, où sont projetées des images d'archives. «Ça permet de les ramener dans leurs souvenirs, de capter des moments d'émotion brute», souligne M. Gendron.
Parmi les sujets à venir, il y a entre autres deux émissions sur le groupe Beau Dommage, ainsi qu'un épisode sur le bed in de John Lennon et Yoko Ono, il y a 45 ans. «Nous avons parlé à André Perry, qui y avait enregistré Give Peace a Chance, ce qui lui a permis de partir son propre studio où U2 et Peter Gabriel venaient enregistrer leurs disques dans les années 80», raconte l'animateur et journaliste. La 10e saison de ce grand travail de mémoire est déjà en préparation.
À la fin mai, Guy Gendron a été nommé rédacteur en chef du Téléjournal 22h, qui est en train de se transformer en émission d'information, loin du bulletin de nouvelles traditionnel. Selon le journaliste d'expérience, le traitement des nouvelles, contrairement à ce qu'on pourrait penser, se transforme pour le mieux : «Dans les archives, on voit qu'au début il y avait très peu de reportages. Les journalistes faisaient leur présentation à la caméra, derrière leur bureau dans la salle des nouvelles. Ils avaient tapé leur texte et le lisaient. Mon Dieu que c'était plate!»
On peut voir ou revoir tous les épisodes, classés par sujets, sur le site Web de Tout le monde en parlait, qui est diffusée le mardi à 19h30 à ICI Radio-Canada Télé.Guy Gendron anime Tout le monde en parlait. - photo fournie par ICI Radio-Canada Télé
L'épisode LÉO-PAUL DION : LE MONSTRE DE PONT-ROUGE a lancé la 9e saison de TOUT LE MONDE EN PARLAIT. - Photo fournie par CI Radio-Canada Télé