Tiger Woods marchait mercredi en compagnie de son fils Charlie lors de la compétition du parcours à normale 3 à laquelle il participait pour la première fois depuis 11 ans. L'Américain en est à sa 20e présence au Tournoi des maîtres, qu'il a remporté quatre fois, la dernière remontant à 2005.

Tournoi des maîtres: un Tiger Woods plus décontracté

Le plaisir est fini, place à la compétition. Les quatre prochains jours du Tournoi des maîtres s'annoncent encore une fois des plus intéressants. Surtout que l'on peut sentir un petit quelque chose de nouveau dans l'air.
Tout ça commence avec la présence de Tiger Woods. Et surtout son attitude, qui semble plus décontractée qu'à l'habitude. On l'a vu s'amuser avec ses enfants, effectuer quelques pas de danse sur de la musique hip-hop, renouer avec celui qui a été longtemps son mentor, Mark O'Meara, sourire aux amateurs et passer près d'une demi-heure dans la salle des entrevues, répondant avec patience aux questions des journalistes et même riant de bon coeur. 
Pour la première fois d'ailleurs depuis 11 ans, Tiger a participé à la compétition du parcours à normales 3, en compagnie de ses deux enfants. «Mes deux petits seront avec moi, a-t-il dit, et c'est très spécial pour moi. Le Tournoi des maîtres est également très spécial pour moi. Je suis vraiment heureux d'être de retour ici.»
Soyons bien clair : Tiger Woods, qui en est à sa 20e présence à Augusta, demeure le même compétiteur qu'il a toujours été. Il est ici pour gagner et, sur le parcours, il est tout à son affaire.
L'année de Rory?
Numéro un au classement mondial, Rory McIlroy attire les regards des observateurs et des amateurs parce qu'une victoire à Augusta lui vaudrait de compléter le «Grand Slam» du golf en carrière. Après avoir déjà remporté l'Omnium des États-Unis, le Championnat de la PGA et l'Omnium britannique, le Nord-Irlandais est à la recherche d'un premier titre à Augusta.
Celui qui avait Tiger Woods comme idole, il y a une quinzaine d'années, est depuis devenu le numéro 1 au monde et il demeure fort confiant avant d'entreprendre sa quête pour ajouter le seul titre majeur qui manque à sa collection.
Que fera Phil?
Encouragé par ses deux derniers tournois au Texas, Phil Mickelson demeure toujours un aspirant sérieux à la victoire. Comme il le dit, le fait de franchir l'allée des magnolias qui mène au chalet principal lui procure un regain de jeunesse. On le sait, Phil «The Thrill» est capable du meilleur et du pire. Il mentionne avoir retrouvé son agressivité et après une dernière année en dents de scie, il se dit persuadé de bien performer.
Un autre gaucher dont les aspirations sont grandes, c'est Bubba Watson, le champion défendant. Le parcours du Augusta National lui convient parfaitement et il peut en profiter.
Quand on regarde les résultats des derniers tournois de la PGA, on constate que les aspirants sont nombreux. L'Australien Adam Scott en est un bel exemple. Dernièrement Dustin Johnson, originaire de Myrtle Beach, a prouvé qu'il n'était pas trop rouillé après une longue absence quand il a remporté le Championnat mondial de golf au club Doral. Jimmy Walker, fort de deux victoires en 2015 et premier au classement de la Coupe FedEx est un prétendant légitime tout comme Ryan Moore, qui joue incidemment dans le groupe de Phil Mickelson et Rory McIlroy pour les deux premières rondes. Enfin, il ne faut pas oublier Jordan Spieth, que l'on considère comme la prochaine grande vedette du golf aux États-Unis.
Mes choix
Voici mes choix pour le vainqueur du 79e Tournoi des maîtres : McIlroy, Spieth, Mickelson. Ou peut-être celui qui se montrera le plus résistant à la chaleur écrasante qu'il fait cette semaine à Augusta.