Ernie Els vu mardi dernier au champ d'exercices à travers le logo du Tournoi des maîtres.

Tournoi des Maîtres: un poste d'observation privilégié

La meilleure place pour voir travailler les joueurs professionnels dans un tournoi, c'est au champ d'exercices. C'est pas mal le premier endroit qui affiche complet chaque matin. Il y a longtemps que Dave Lévesque l'a compris.
Le nouveau professionnel en titre du club Château Bromont n'en est pas à son premier Tournoi des Maîtres. Pas comme joueur, mais comme assistant dans l'équipe de Marc Villeneuve pour recevoir les invités d'un membre du club Augusta National.
Plus tôt cette semaine nous l'avons rencontré au pied du tableau d'affichage principal à l'entrée du parcours. Il était en compagnie de quelques invités. «Est-ce que tu vas aller voir quelques trous?», lui a-t-on demandé. «Pas vraiment, a-t-il répondu. Ce n'est pas la première fois que je suis ici et j'ai fait le tour assez souvent. J'irai peut-être voir de l'action à un ou deux trous, mais le reste du temps je vais le passer au champ d'exercices.»
Lui-même un adepte du champ d'exercices, autant les tournois que dans la pratique de son métier, il n'est pas pour rater l'occasion d'aller voir ce que font les meilleurs joueurs de la planète.
«C'est la place pour analyser si un joueur se sent bien ou pas. Si son échauffement est plus ou moins bon, je peux dire déjà qu'il aura une ronde très moyenne et peut-être même pire. Par contre s'il est bien appliqué, il connaîtra du succès et un bon pointage.»
L'oeil averti de Lévesque
À Augusta, les estrades du champ de pratique sont toujours remplies et c'est plein de monde le long du vert d'exercice ou des endroits où se pratique le jeu court et les sorties de fosse de sable. Même pour le commun des mortels il y a beaucoup à apprendre. Surtout à Augusta où les spectateurs sont près des joueurs, conformément à l'esprit des fondateurs Bobby Jones et Clifford Roberts.
Dave Lévesque a l'oeil averti. Il est un perfectionniste et ne néglige aucun détail dans sa préparation. Dans tous les tournois où il se présente, le pro originaire de Price cueille toutes les informations possibles et son calepin de jeu est bien rempli. Ses succès dans les tournois canadiens et québécois ne sont pas l'oeuvre du hasard.
D'ailleurs dans son nouveau rôle de professionnel à Château Bromont, le numéro 1 de la PGA du Canada entend faire profiter les membres de l'académie qu'il est à mettre sur pied, des entraînements qu'il a observés auprès des professionnels de la PGA et de ceux qu'il met lui-même en pratique.
«Je ferai beaucoup d'enseignement, dit-il, mais en plus je veux essayer de rendre le sport plus accessible et développer de nouveaux créneaux.» Dave Lévesque a justement la patience et le calme requis pour l'enseignement. Il est une personne qui est attentionnée envers les autres.
Est-ce que son nouveau poste de professionnel tire un trait sur sa carrière de compétiteur? «Pas du tout, réplique-t-il. Je recherchais une stabilité depuis une couple d'années et ce que Martin Ducharme m'a proposé pour le club de Château Bromont, ça correspondait exactement à ma philosophie.
«Mais la compétition n'est pas finie pour autant. Je ne participerai pas à autant de tournois, je choisirai les plus importants. Mon jeu est encore bon.»