Les glaces maintenant libérées descendent le fleuve vers Québec. La Garde côtière demeure vigilante, même si les risques d'embâcles ne sont pas les mêmes à Québec que dans le secteur du lac Saint-Pierre.

Touche pas à mon vortex polaire

Mine de rien, le début du XXIe siècle a vu l'apparition du karaoké extrême, du yoga extrême, du marché aux puces extrême, de la pétanque extrême et j'en passe, sinon vous allez croire que je veux me moquer.
En France, un forum de discussion sur la pêche à la ligne a même été baptisé «Extrême carpe», ce qui semble aussi improbable que la rencontre d'une colonie de termites s'adonnant à l'ébénisterie.
Dans ces conditions, il apparaît tout naturel que la météo se soit aussi transformée en sport extrême.
En hiver, le froid est devenu «intense». En été, la chaleur est devenue «accablante». Le plus souvent, «l'indice humidex» et «le facteur éolien» conspirent pour inventer des températures dignes d'un samedi soir sur Neptune ou sur la Lune.
La météo ne joue pas à la guerre, mais presque. Les «fronts» se déplacent. Le jet stream prépare une «incursion» vers le nord. Des messages d'alerte sur fond rouge signalent des risques imminents.
Finie l'époque où un présentateur de la télé britannique saluait l'arrivée du printemps de manière sarcastique, sans passer pour un irresponsable.
«Demain, c'est le printemps, annonçait-il. Cette année, je veux en profiter, parce que je l'avais manqué l'an dernier. J'étais à la salle de bain.»
*****
Ne souriez pas. En théorie, les alertes météo peuvent sauver des vies. On pense aux personnes âgées durant une période de canicule. Ou aux sans-abri pendant une vague de froid.
Sauf que météo rime désormais avec parano.
Où se termine la science? Ou commence la science-fiction? En début de semaine, entre le «vortex polaire» le «tourbillon circumpolaire» et le «refroidissement soudain», le Québec nageait dans un film catastrophe. Sans les conseils bidon et infantilisants - du genre «habillez-vous chaudement» -, on se serait cru dans une reprise du film The Day After Tomorrow. Tout ça même si ce dernier mérite sa place dans le livre des records Guinness pour le navet de plus grande taille!
On ne peut que sympathiser avec ce récent cri du coeur d'un journaliste météo de Washington, au bord de la crise de nerfs: «Je n'en peux plus d'être questionné par tous les gens que je croise [à propos du froid], simplement parce que j'écris sur la météo et que je suis censé dire des tas de choses sur le sujet!»
Pour le ramener sur terre, un lecteur lui a expédié la blague suivante: «Comment peut-on savoir qu'il fait 15 degrés sous zéro? À New York, les propriétaires d'immeubles de logements démarrent enfin le chauffage. Et dans le Minnesota, les gens se dépêchent d'organiser un dernier barbecue en plein air avant qu'il ne fasse vraiment froid.»
*****
Pour l'instant, la fin de la vague de froid a eu des effets insoupçonnés. Y compris sur la prochaine campagne présidentielle des États-Unis.
On se souviendra que le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, était ressorti grandi des opérations de secours aux sinistrés de l'ouragan Sandy, sur la côte Est, à l'automne 2012.
On le voyait déjà comme un favori républicain pour la présidence en 2016.
Or, voilà que le prodige se trouve empêtré dans un scandale embarrassant. En septembre, la directrice adjointe de son cabinet aurait fait bloquer plusieurs voies sur l'énorme pont qui relie la ville de Fort Lee, au New Jersey, à New York. Madame voulait créer des embouteillages monstres à Fort Lee pour se venger du maire démocrate de l'endroit, qui n'avait pas appuyé la réélection du gouverneur Christie.
Plus mesquin que cela, tu te transformes en vortex bipolaire, euh, je veux dire, en vortex polaire.
Jusqu'à tout récemment, la vague de froid qui touchait les États-Unis détournait un peu l'attention du scandale. Mais la température a fini par s'adoucir. Et M. Christie a été rattrapé par les révélations, tel un bourdon happé en plein vol, au-dessus de l'autoroute, par un camion de 25 tonnes circulant à vive allure.
Jeudi, le gouverneur s'est confondu en excuses. Promis, juré, il ne savait rien des gestes commis par son adjointe.
Est-ce la fin de ses ambitions? Difficile à dire. Avec la météo extrême, on ne sait jamais.
En revanche, on devine pourquoi le New Jersey possède une quantité impressionnante de politiciens véreux, tandis que le Nevada accueille le principal lieu d'entreposage de produits radioactifs.
Le Nevada a eu le premier choix.