Tony Gattillo demeurera lui-même, sans perruque, sans maquillage, chantant avec sa propre voix, qui a une grande parenté avec celle du King.

Tony Gattillo: un Elvis Presley sans costume

Non, Elvis n'est pas vraiment mort. Surtout pas pour son ancien gérant et ami, Joe Esposito, presque une légende du showbizz lui aussi, qui était de passage à Québec, mercredi, pour parler d'un nouveau spectacle de chansons d'Elvis. Bon, direz-vous, encore un autre imitateur. En fait, pas tout à fait.
L'ancien gérant  et ami d'Elvis Presley, Joe Esposito, était présent mercredi à la conférence de presse.
Celui qui a fait déplacer l'ami intime du King jusqu'ici s'appelle Tony Gattillo et dans la vie «civile»... il manufacture des simulateurs de golf. Attention, l'histoire de la création du spectacle My Way, présenté en septembre prochain à la salle Albert-Rousseau, a l'air arrangé avec le gars des vues. C'est surtout l'histoire d'une passion et d'un gars qui, pour parler clairement, a un front de beu!
«C'est vrai que j'ai un très grand front», lance en riant Tony Gattillo, l'interprète d'Elvis. Car on parle bien d'interprétation ici, pas de personnification, ni d'imitation. Gattillo demeurera lui-même, sans perruque, sans maquillage, chantant avec sa propre voix, qui a une grande parenté avec celle du King, on s'en doute. «Ce n'est pas un spectacle sur la vie d'Elvis, ni une comédie musicale. Je me concentre sur les chansons des années 70 et je les interprète, sans imiter Elvis... de toute façon, je ne suis pas assez beau!»
Le chemin qui a mené Tony Gattillo à interpréter Elvis professionnellement débute en 1977. Le petit Tony, né à Montréal d'un père italien et d'une mère gaspésienne, a 11 ans et c'est la mort du King qui lui fait connaître celui-ci. Il commence alors à chanter Elvis et à partir de 1983, il remporte plusieurs concours d'imitation. Dans les années 90, il présente également deux spectacles, à Montréal. Parallèlement à sa passion, il gagne sa vie et vient s'établir à Québec, il y a 11 ans. Anecdote : notre homme a même été lutteur professionnel à Montréal, où il a lutté avec Gino Brito, sous le nom de scène L'Étalon italien...
Mercredi, le solide gaillard a interprété quelques chansons, lors de la conférence de presse, question de montrer que même s'il n'endossera pas un costume d'imitateur, il a une voix pour se défendre. Sa prestation contenait d'ailleurs quelques trémolos supplémentaires, dus à la nervosité et à l'émotion, comme il l'a avoué lui-même. Car malgré sa stature imposante, Tony Gattillo peut difficilement cacher l'émotion qui l'étreint à plusieurs reprises, quand il parle de ce qui l'a mené à My Way et aussi à rencontrer Joe Esposito, il y a quatre ans.
«On s'est rencontré à Las Vegas, et entre nous, ç'a cliqué tout de suite», raconte M. Esposito, qui n'hésite pas à parler de Gattillo comme «my dear friend». Une première rencontre qu'avait fortement sollicitée (avec son grand front) Tony Gattillo pour «parler d'Elvis» avec l'ancien gérant du King. Les deux sont ensuite devenus très proches. C'est seulement l'année dernière que l'interprète a confié à son nouvel ami qu'il chantait. Et qu'il chantait du Elvis. «Il a voulu tout de suite entendre ça, alors nous sommes sortis dans le stationnement du terrain de golf où nous étions et je lui ai fait deux chansons a cappella», explique, encore ému, le chanteur. Le reste s'est enchaîné, Tony Gattillo a parlé de l'idée de spectacle qu'il mijotait depuis plusieurs années, et Joe Esposito, en plus d'être son ami, est devenu... son gérant, comme pour le King.
«Ce qui m'a touché, c'est que Tony ne pense pas qu'il est Elvis, mais il lui rend hommage en l'interprétant. Pour moi, c'est supérieur à n'importe quel personnificateur», explique Esposito, avouant que les imitateurs ne sont pas sa tasse de thé. Joe Esposito sera aussi sur scène, en septembre prochain, pour présenter son poulain et ami, comme il le faisait avec Elvis.
Vous voulez y aller?
QUOI : My Way
QUI : Tony Gattillo
QUAND : 25 septembre 2011, 14h et 20h
: salle Albert-Rousseau
BILLETS : 22 $ à 44 $
RÉSERVATIONS : (418) 659-6710 ou www.sallealbertrousseau.com