Le Sud-Africain Tim Clark a célébré sa victoire à l'Omnium canadien avec son fils, dimanche.

Tim Clark gagne l'Omnium canadien par un coup devant Jim Furyk

Jim Furyk est passé à un coup roulé de 12 pieds de provoquer la prolongation en ronde finale de l'Omnium canadien. Il l'a toutefois raté et c'est finalement le Sud-Africain Tim Clark qui l'a emporté en jouant une ronde de 65 pour un score cumulatif de 263 (moins-17) sur le parcours Bleu du club de golf Royal Montréal à L'Île-Bizard.
Il s'agit de la première victoire de Clark depuis sa conquête du Championnat du circuit de la PGA en 2010. Il a donc empoché la bourse d'un million $ US, tirée d'une cagnotte totale de 5,7 millions $, remise au vainqueur de l'Omnium canadien.
«Chaque victoire est spéciale. Particulièrement depuis cette victoire-là. Beaucoup de choses se sont produites. J'ai été opéré à un coude et j'ai eu deux enfants. Donc ma vie a beaucoup changé depuis ce temps, a admis Clark, qui est marié à une Torontoise. Après l'année de misère que je viens de connaître - il a été tenu à l'écart pendant près d'un an à cause de sa blessure -, ça signifie beaucoup pour moi.»
Furyk, meneur à l'issue des deuxième et troisième rondes, n'a retranché qu'un seul coup à la normale pour signer une carte de 69, ce qui l'a relégué à 264.
«Je lève mon chapeau à Tim, a dit Furyk, le 10e joueur mondial. Il a joué 30 sur le neuf de retour, pour une ronde de 65. Je ne pouvais donc absolument rien faire contre ça. Si j'avais joué 30 sur le neuf de retour, je l'aurais emporté. Mais ça n'a pas été le cas.»
Tout s'est joué au 18e, une normale-4 de 466 verges.
Après un coup de départ de 256 verges, l'Américain a expédié son coup d'approche à 12 pieds de la coupe, mettant la table pour un oiselet qui aurait créé l'égalité.
De son côté, Clark a frappé la balle à 236 verges du tertre de départ, et il a enchaîné en claquant son coup d'approche à 44 pieds du fanion. Son coup roulé s'est immobilisé à sept pieds et, après la tentative ratée de Furyk, Clark a fait disparaître la balle au fond de la coupe pour la normale - et la victoire.
«Lorsque j'ai vu Jim frapper son coup d'approche à proximité du fanion, j'ai su que j'avais deux coups roulés, au maximum, pour provoquer la prolongation, a relaté Clark, 153e au classement mondial. Puis, lorsqu'il a raté son coup roulé, je voulais absolument éviter la prolongation et j'ai fait le nécessaire pour l'emporter.»
L'Américain Justin Hicks a enregistré une carte finale de 64 pour se hisser seul en troisième position à 267.
Matt Kuchar a réalisé une deuxième ronde de 65 cette semaine pour se retrouver en quatrième position, à 269 au total des 72 trous. Il était à égalité avec Michael Putnam, le meneur à l'issue de la première ronde, et l'Espagnol Gonzalo Fernandez-Castano.
Dickie Pride a égalé le record de parcours (63), tout comme l'avaient fait Furyk et Graham DeLaet en deuxième ronde, pour se hisser à moins-10 en compagnie du Canadien. Pride avait réalisé le record de parcours en jouant 64 lors du dernier passage de la PGA au club de golf Royal Montréal, en 2001, mais il avait été amélioré d'un coup dès le lendemain par Scott Verplank et David Morland.
«Je devais reprendre mon record du parcours, a blagué Pride, qui a réussi des oiselets aux 17e et 18e verts pour accomplir l'exploit. Je suis assez heureux d'avoir pu l'égaler de nouveau.»
La tendance à crouler sous la pression se poursuit donc pour Furyk, qui a maintenant perdu ses sept derniers tournois après s'être hissé en tête après 54 trous. L'Américain, âgé de 44 ans, tentait de rejoindre un groupe très sélect des golfeurs ayant remporté l'Omnium canadien à trois reprises, en compagnie de Tommy Armour, Lee Trevino et Sam Snead. Il avait déjà gagné ce tournoi en 2006 et 2007.
Une interruption de 27 minutes provoquée par une forte averse en milieu d'après-midi a mis la table pour un duel spectaculaire de trois trous entre Furyk et Clark.