Tiger Woods observe son coup au troisième trou. L'ancien numéro un mondial a commencé sa journée avec trois oiselets consécutifs, mais il perdu pied au fil de la journée.

Tiger rugit avant de craquer

Tiger Woods n'est pas revenu pour faire de la figuration : il se croit toujours capable de s'imposer en grand chelem, même s'il a craqué en fin de la troisième ronde du Challenge Mondial Hero, samedi à Nassau. «Je ne serais pas revenu si je ne me sentais pas capable de jouer au plus haut niveau, j'ai trop de fierté», a assuré l'ancien numéro un mondial.
Ses rivaux sont prévenus : après 15 mois d'absence pour soigner son dos opéré à trois reprises entre 2014 et 2015, le «Tigre» a faim de victoires. Il lui faudra très probablement attendre quelques semaines pour empocher sa 80e victoire sur le circuit de la PGA. À moins d'une sensationnelle quatrième ronde dimanche combinée à un effondrement de la concurrence, il ne remportera pas le Hero World Challenge, son tournoi organisé au profit de sa fondation.
Samedi, Woods a remis une carte de 68, soit deux coups sous la normale, pour un cumulatif de 208 (- 8). Il occupe la 10e place du tournoi invitation regroupant 18 golfeurs, à 11 coups du meneur, le Japonais Hideki Matsuyama.
«Beaucoup de positif»
Woods a amorcé sa journée avec trois oiselets consécutifs, ce qui lui avait permis de grimper à la troisième place après sept trous. Mais le joueur de golf le plus célèbre de la planète, dont la dernière compétition remontait à août 2015, a ensuite perdu pied : il a enchaîné deux bogueys de suite aux 13e et 14e trous. Et après un septième oiselet au 17e trou, il a conclu sa journée sur une mauvaise note avec un double boguey.
«Je ne suis pas encore au niveau où j'aimerais être, mais je m'en rapproche. Ce qui est positif, c'est que jour après jour je progresse et je me sens un petit peu plus fort. Je manque de fraîcheur physique, mais rien ne remplace la compétition, c'est quelque chose qu'on ne peut pas simuler à l'entraînement.
«La plus grande surprise pour moi est de retrouver aussi rapidement mes repères et le rythme de la compétition», a relevé Woods, qui a remporté dans sa carrière 79 titres, dont 14 du grand chelem. «J'ai bien commencé mes trois rondes. Même si j'ai mal fini deux de celles-ci, il y a beaucoup de positif, je suis si content d'être de retour», a-t-il insisté.