Rock alternatif, Going to Hell, de The Pretty Reckless

The Pretty Reckless: plus qu'un joli minois ****

Quand elle avait 12 ans, la chanteuse des Pretty Reckless Taylor Momsen a auditionné pour le rôle d'Hannah Montana et s'est fait damer le pion par Miley Cyrus. Elle a abouti dans Gossip Girl et, tout comme l'autre jolie blonde, a finalement mis sa carrière de comédienne de côté pour se concentrer sur la musique.
Miley a beau être plus riche et plus populaire aujourd'hui, Momsen, du haut de ses 20 ans, démontre avec le nouvel album de son groupe qu'elle est non seulement plus provocante que l'interprète de Wrecking Ball (vous n'avez qu'à jeter un oeil aux photos de Going to Hell pour vous en convaincre), mais aussi beaucoup plus intéressante musicalement. Oubliez la pop surproduite, on parle ici de rock, de guitare lourde, de riffs accrocheurs et de paroles parfois sombres et pas toujours politiquement correctes. On peut d'ailleurs sentir les influences d'un Marilyn Manson à quelques endroits sur le disque. Et ce qui n'est pas à dédaigner, l'interprète de Jenny Humphrey compose toutes ses chansons avec son guitariste Ben Phillips sans l'aide des «faiseurs de hits». Une série de malchances, dont l'ouragan Sandy qui a détruit leur studio d'enregistrement, a retardé la parution de cet album, mais l'attente en valait la peine.