The Bad Plus Joshua Redman The Bad Plus Joshua Redman

The Bad Plus Joshua Redman: le trio à quatre ***1/2

Depuis ses débuts, en 2000, The Bad Plus s'est efforcé de multiplier les expériences, variant son répertoire en passant de Black Sabbath à Stravinsky ou en s'associant à la chanteuse Wendy Lewis pour défendre des chansons.
Sur ce nouvel album, le trio met de l'avant des pièces livrées avec le saxophoniste Joshua Redman. Les quatre hommes ont collaboré dès 2011 et, de toute évidence, la complicité s'est installée. Nul doute que l'arrivée d'un autre instrument soliste est bienvenue au sein de l'ensemble, ce qui vient enlever un poids sur les épaules du pianiste Ethan Iverson. Il faut dire que Redman est à l'aise dans l'univers de ses hôtes, se faisant tour à tour mélodique, chaleureux, expérimental ou érudit.
Les nouvelles versions de Dirty Blonde et Silence Is The Question, qui s'insèrent à travers sept inédits, dont l'ambitieuse Friend or Foe, permettent d'ailleurs de juger de son apport. On peut être agacé par le fait que les jazzmen tendent à préférer les détours alambiqués aux envolées bien senties, mais, le plus souvent, on constate que The Bad Plus a su élargir son terrain de jeu.