Sans surprise, c'est Taylor Swift et son album 1989 qui trône au sommet des ventes de disques anglophones.

Taylor Swift: à l'abordage de la pop ***1/2

Le virage complètement pop de Taylor Swift est loin d'être une surprise. L'ingénue du country américain avait déjà annoncé ses couleurs sur son dernier opus (avec des pièces influencées par l'électro comme I Knew You Were Trouble et 22) et dans ses spectacles, en prenant l'habitude d'inviter les sensations pop du moment (Ellie Goulding, Sara Bareilles).
Sur son cinquième album, 1989, elle ne fait que succomber à la tentation de la pop dont elle s'est éprise en devenant une chanteuse grand public. Swift change peut-être d'horizon musical, mais elle signe toujours ses textes (y compris ceux qui sont plutôt vides de sens).
On en retient des morceaux pop réjouissants comme le ver d'oreille Shake It Off et Out of the Woods, coécrite avec un membre du groupe fun., derrière le succès canon de Sara Bareilles, Brave.
Taylor Swift fait donc ce qui la démangeait depuis quelques années, et c'est assez bien produit. Peut-être trop lisse et gnangnan pour y rester accroché, en cette heure de coups de gueule pop à la Tove Lo et Miley Cirus.
La pièce à écouter en boucle
Shake It Off, irrésistible pour son rythme immodéré et son je-m'en-foutisme rafraîchissant.
La pièce à éviter
All You Had to Do Was Stay, qui semble avoir été recyclée de ses expérimentations pour d'anciens albums. Une ballade fleur bleue qu'on a l'impression d'avoir entendue mille fois (minimum).