Sylvain Barrette a grandi à Québec. Il a étudié l'orgue et le clavecin au Conservatoire de musique de Québec avant d'aller à la découverte du monde. Il est revenu s'installer dans sa ville natale il y a trois ans.

Sylvain Barrette: Bach clé en main

Les proportions du Prélude no 1 en do majeur de Jean-Sébastien Bach correspondent exactement au nombre d'or. Le sujet de la fugue subséquente compte 14 notes. Le nombre 14 correspond à la somme des lettres formant le nom du compositeur. On pourrait croire qu'il s'agit de simples coïncidences. L'organiste et claveciniste Sylvain Barrette, lui, est convaincu du contraire.
Sylvain Barrette a grandi à Québec. Il a étudié l'orgue et le clavecin au Conservatoire de musique de Québec avant d'aller à la découverte du monde. Il a vécu à Vienne, à Montréal et à Gatineau. Il a enseigné aux élèves des écoles primaires pendant 20 ans. Il est revenu s'installer dans sa ville natale il y a trois ans.
Le musicien a pu mesurer à quel point la vie culturelle à Québec s'est développée pendant son absence. À l'exception du clavecin, peu présent à son avis. Aussi, il a décidé de collaborer, non seulement en lançant sa propre série de récitals, mais en se donnant pour objectif d'aller chercher un nouveau public. Il a surtout trouvé une façon originale d'attirer l'attention.
Le premier rendez-vous de la série, aujourd'hui à 20h à la Chapelle du Musée de l'Amérique francophone, s'intitule mystérieusement Énigme 14 - Nombres et concours.
Oubliez l'ésotérisme. C'est en lisant Bach ou la passion selon Jean-Sébastien du luthiste et musicologue québécois Guy Marchand, une étude exhaustive des plus sérieuses sur la présence du nombre d'or dans l'oeuvre de Bach, que Sylvain Barrette a commencé à se passionner pour ce sujet.
En première partie de la soirée figurent des oeuvres de Bach pour clavecin et pour orgue qui entretiennent des relations avec les nombres. C'est le cas notamment du Prélude en do majeur mentionné plus haut. Le cas également du prélude de choral Komm, Gott, Schöpfer, heiliger Geist, dans lequel Bach a volontairement appuyé le troisième temps de chaque mesure dans le but de faire sentir la présence du Saint-Esprit, troisième personne de la Sainte-Trinité. «Il y a un lien entre le chiffre et le sens que ce chiffre représente, fait valoir le claveciniste. C'est clair que c'est volontaire. Bach aimait faire ce genre de lien. C'est une sorte de Robert Lepage de son temps, dans le fond.»
Tirage au sort
En deuxième partie, Bach et ses contemporains Domenico Scarlatti et Jean-Philippe Rameau feront l'objet d'un tirage au sort, un peu comme on le faisait au XVIIe siècle, explique Sylvain Barrette. «Quand Bach était jeune, on l'avait invité à se rendre à Dresde pour concourir avec le grand organiste français Louis Marchand. L'histoire veut qu'après avoir entendu Bach, Marchand a préféré s'enfuir. Que l'anecdote soit vraie ou pas, je m'en suis inspiré pour organiser un concours entre Bach et ses contemporains Domenico Scarlatti et Jean-Philippe Rameau.» Chaque concurrent aura droit à 15 minutes de clavecin. L'ordre d'apparition sera déterminé sur place. Le vainqueur, lui, sera choisi par le vote du public.
Le prochain récital de cette nouvelle série aura lieu le 10 avril, date qui coïncide avec le 50e anniversaire du tout dernier récital public de Glenn Gould. Sylvain Barrette a inscrit à son programme quelques-unes des pièces que le pianiste canadien avait jouées, le 10 avril 1964 à Los Angeles, avant de se retirer de la scène pour se consacrer uniquement à l'enregistrement.
Vous voulez y aller?
Qui: Sylvain Barrette,clavecin et orgue
Quoi: Énigme 14 - Nombres et concours
Où: Chapelle du Musée de l'Amérique francophone
Quand: mardi à 20h
Billets: 20 $ (étudiants: 14 $)
Tél.: 418 643-2158