Sur le radar

Christopher Hall et l'Orchestre symphonique de Québec, c'est un peu la musique classique sans douleur. «J'essaie à travers le rire de montrer la beauté de cette musique», indique l'humoriste qui a lui-même joué à l'orchestre pendant une quinzaine d'années. Au programme de ce concert figure notamment la première mondiale d'une pièce du compositeur Anthony Rosankovic qui permet à Christopher Hall de présenter à tour de rôle chacun des instruments de l'orchestre. L'OSQ sera placé sous la direction du jeune chef assistant Nicolas Ellis. À la salle Françoys-Bernier du Domaine Forget, samedi à 20h. 
Classique: Christopher Hall et l'OSQ
Christopher Hall et l'Orchestre symphonique de Québec, c'est un peu la musique classique sans douleur. «J'essaie à travers le rire de montrer la beauté de cette musique», indique l'humoriste qui a lui-même joué à l'orchestre pendant une quinzaine d'années. Au programme de ce concert figure notamment la première mondiale d'une pièce du compositeur Anthony Rosankovic qui permet à Christopher Hall de présenter à tour de rôle chacun des instruments de l'orchestre. L'OSQ sera placé sous la direction du jeune chef assistant Nicolas Ellis. À la salle Françoys-Bernier du Domaine Forget, samedi à 20h. 
Richard Boisvert
Classique: les Altos du Roy
Le premier concert Apéro, la série décidément décontractée des Violons du Roy, mettra en vedette l'alto, un instrument qui a tendance à passer un peu inaperçu à l'orchestre. Les altistes Isaac Chalk, Jean-Louis Blouin et Annie Morrier, accompagnés de leurs collègues Pascale Gagnon au violon, Raphaël Dubé au violoncelle et Raphaël McNabney à la contrebasse, feront découvrir la sonorité chaleureuse et très colorée de leur instrument. Une belle variété d'oeuvres (Purcell, Ligeti, Sperger, Telemann, W.F. Bach, Lutoslawski, Vieuxtemps, Mozart) figure au programme.
À la salle D'Youville du Palais Montcalm, jeudi à 17h30.  
Richard Boisvert
Cinéma: la ville la plus triste du monde
Ceux qui viennent de découvrir Guy Maddin avec La chambre interdite, qui a pris l'affiche vendredi dernier, auront une chance de découvrir une autre oeuvre de ce cinéaste iconoclaste. Le Cercle accueille ce soir la projection de Saddest Music in the World (2003). L'histoire abracadabrante se déroule en 1933 alors que Winnipeg remporte le titre de la ville la plus triste du monde. Une baronne de la bière cul-de-jatte (Isabella Rossellini) décide de tourner la situation à son avantage et de s'enrichir en organisant le concours de la musique la plus triste du monde. Les musiciens affluent de toutes parts, dont Chester Kent (Mark McKinney, de Kids in the Hall) et sa belle Narcissa (Maria de Medeiros). Évidemment, ça ne se déroulera pas comme prévu... Pour citer le critique Roger Ebert, vous n'avez jamais vu un film comme ça, à moins que vous ayez vu un autre film de Guy Maddin.
Mardi, à 19h (les portes ouvrent à 18h30).
Entrée: 7 $. 
Éric Moreault
Humour:
Le milieu du travail est une source inépuisable de situations cocasses et leur ridicule est exploité au maximum dans le spectacle Maudite job! Daniel et Luc, interprétés par Mathieu Gratton (à gauche) et François Chénier (à droite), sont blasés de leur travail de préposé à la clientèle dans une compagnie de téléphone. Ils feront tout pour se faire virer puisqu'ils ont signé un contrat de travail de deux ans (en échange d'un iPhone gratuit!) et ne peuvent démissionner. En plus de proposer aux spectateurs le quotidien de la vie de bureau, dans lequel plusieurs se reconnaîtront sûrement, l'auteur Mathieu Graton touche à différents sujets dans cette série de sketchs comme l'intimidation au travail, la dépression et l'infidélité. François Chénier signe la mise en scène.
Ce soir, 20h, au Théâtre Petit Champlain.
Billets: 35 $. Info : 418 692-2631. 
Daphné Bédard