L'ex-journaliste du FM93 Carl Langelier

Suicide de Marjorie Raymond : FM 93 nie avoir nourri la grogne populaire

L'animateur du matin au FM 93 Sylvain Bouchard et l'ex-journaliste Carl Langelier nient avoir nourri la grogne populaire contre la jeune Jade Isabel-Rioux, identifiée comme une intimidatrice de Marjorie Raymond, cette adolescente de Sainte-Anne-des-Monts en Gaspésie qui s'est suicidée en novembre 2011.
Marjorie Raymond
La mort par pendaison de Marjorie Raymond, 15 ans, le 28 novembre 2011, a ému tout le Québec et lancé un vif débat sur l'intimidation en milieu scolaire.
En entrevue avec les médias, la mère de Marjorie a dénoncé la violence verbale et physique dont sa fille avait été victime à l'école secondaire.
Jade Isabel-Rioux a rapidement été montrée du doigt sur Facebook comme une intimidatrice de Marjorie Raymond.
Le journaliste Carl Langelier a téléphoné chez Jade le 30 novembre et a réalisé une entrevue avec la jeune fille et sa mère, dont certains segments ont été diffusés à l'émission du matin du FM 93.
Dix mois après l'émission, Sandra Isabel, la mère de Jade, a intenté une poursuite civile de 225 000 $ contre l'animateur, l'ex-journaliste et Cogeco. Dans sa poursuite, la mère de Jade soutient que l'animateur Sylvain Bouchard a émis des «commentaires accusateurs et diffamants», appelant sa fille «la p'tite christ» à de multiples reprises. Selon Mme Isabelle, l'émission a eu pour conséquence «d'alimenter la grogne et la rage de la population à l'égard de Jade, laquelle fut d'ailleurs l'objet de nombreuses menaces, dont des menaces de mort».
«Rage cristallisée»
Dans leur défense déposée au palais de justice de Québec au début du mois de février, Sylvain Bouchard et Carl Langelier réfutent toute responsabilité dans les dommages subis par Jade. «La rage de la communauté locale et des internautes était déjà cristallisée à l'égard de Jade, et ce, avant la diffusion des propos en litige, en raison des propres gestes et déclarations publiques de cette dernière ainsi que de la sortie publique de la mère de Marjorie», peut-on lire dans la défense.
Bouchard, Langelier et Cogeco soulignent qu'ils n'ont jamais identifié nommément Jade. Cette dernière a choisi de sortir de l'anonymat en accordant une entrevue au Soleil.
L'animateur et le journaliste estiment avoir couvert correctement une question d'intérêt public. «Les commentaires émis lors de cette émission par [Sylvain] Bouchard, [Carl] Langelier et les autres intervenants exposaient leurs points de vue honnêtes sur le phénomène de l'intimidation et chez les jeunes et ses conséquences», peut-on lire dans la défense.
Carl Langelier reconnaît qu'il «n'a pas obtenu le consentement préalable éclairé et explicite de Sandra Isabel et Jade à l'enregistrement et la diffusion de leurs propos, contrairement aux règles de l'art et aux pratiques de Cogeco». 
Le 9 octobre, Carl Langelier a été acquitté de l'accusation de s'être fait passer pour un enquêteur de la Sûreté du Québec auprès de la mère de Jade.