Nicolas Fontaine, qui trône ici sur un tremplin du centre de ski Le Relais, est responsable du recrutement à l'Association canadienne de ski acrobatique et directeur général du Centre national d'entraînement acrobatique Yves LaRoche situé à Lac-Beauport.

Subvention salvatrice pour le Centre d'entraînement acrobatique de Lac-Beauport

Alors que les Jeux olympiques de Sotchi viennent tout juste de se terminer, le gouvernement provincial a annoncé mardi matin une subvention de 170 000 $ pour la rénovation du Centre national d'entraînement acrobatique Yves LaRoche (CNEAYL). Une somme qui permettra d'assurer la survie des installations de Lac-Beauport où tous les récents médaillés québécois se sont entraînés.
«Grâce à ça, on va sauver le Centre», laisse tomber son directeur général, Nicolas Fontaine. L'argent servira notamment à remettre sur pied les rampes d'eau où les athlètes s'entraînent à sauter.
Puisque même si le CNEAYL n'a que 10 ans, ses installations ont d'importantes failles, explique M. Fontaine. Par exemple, la poutre servant à soutenir une des rampes a cédé l'an dernier. «Ça a été la sonnette d'alarme», explique l'ex-skieur acrobatique.
C'est que la construction du Centre avait coûté beaucoup plus cher que prévu, soit 2 millions $ plutôt que la moitié de ce montant. «On a fini dans le rouge», affirme M. Fontaine, soulignant au passage la contribution inestimable des parents des jeunes athlètes dans le projet. Des économies ont été réalisées sur les matériaux, ce qui explique que certains sont rendus à la fin de leur vie utile.
Le CNEAYL a aussi longtemps peiné à payer ses coûts d'exploitation. Avec le coup de pouce annuel d'environ 75 000 $ du gouvernement du Québec - qui n'est pas assuré, précise le directeur général -, il parvient néanmoins à boucler son budget. Mais il n'y a pas de surplus, ce qui signifie qu'une enveloppe différente doit financer la remise à niveau des installations.
La subvention de 170 000 $ annoncée mardi matin par la ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, vient cependant avec une condition, soit celle que l'organisation bénéficiaire récolte elle aussi la même somme. Ce qui signifie que Nicolas Fontaine n'est pas au bout de ses peines.
«Ce sont des règles très rigoureuses [...]. Il faut que nous fassions notre part», souligne le directeur général. En plus de la collecte de fonds annuelle, le CNEAYL a récemment lancé une campagne de financement auprès des gens d'affaires.
M. Fontaine croit que le récent succès des skieurs québécois à Sotchi, comme Alexandre Bilodeau, Mikaël Kingsbury, les soeurs Dufour-Lapointe et Kim Lamarre, aidera sa cause. «Les cinq médaillés se sont entraînés au Centre», rappelle-t-il fièrement.
Environ 500 jeunes adeptes des différentes disciplines de ski acrobatique fréquentent le CNEAYL chaque année. «Je sais qu'il y a des futurs champions, j'ai juste hâte de savoir c'est qui», conclut le directeur général, confiant pour l'avenir de ce sport de glisse.
Le Centre sportif de Giffard, dans l’arrondissement de Beauport (construction neuve)
7,5 millions $ pour le complexe sportif Giffard
En plus des 170 000 $ pour la rénovation du Centre national d'entraînement acrobatique Yves LaRoche, la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, a annoncé mardi 7,5 millions $ pour la deuxième phase de la construction du complexe sportif Giffard, 777 000 $ pour la construction d'un centre communautaire multifonctionnel dans le quartier Saint-Pierre et 230 000 $ pour le réaménagement du parc sportif de Fossambault-sur-le-Lac.
Mme Maltais a aussi réitéré que Québec versait 3 millions $ pour le nouveau centre sportif et récréatif de la Ville de Beaupré et 7,5 millions $ pour la palestre de l'école secondaire de Rochebelle. Les écoles de quatre commissions scolaires de la grande région de Québec et de celles de Charlevoix bénéficieront quant à elles de près de 27 millions $ pour des travaux de rénovation dans le cadre du programme Réno-écoles.