Sténographes judiciaires: la formation maintenant offerte à distance

Les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et du Saguenay-Lac-Saint-Jean seront parmi les plus touchées par la pénurie de sténographes qui s'annonce dans les palais de justice dans la foulée des départs à la retraite.
«Déjà, on me dit qu'il y a de la place pour une centaine de sténographes judiciaires dans toute la province, surtout en région, et comme ces personnes sont nécessaires pour l'administration de la justice, c'est donc une question urgente. La justice est parfois retardée par le manque de sténographes», explique Marc Garant, responsable de l'École de sténographie judiciaire du Québec.
La moyenne d'âge des sténographes judiciaires est de 50 ans. L'école espère démarrer à l'automne une cohorte de 25 élèves. Une dizaine de personnes se sont déjà informées du programme. Actuellement, huit élèves suivent cette formation, dont trois sont âgées de plus de... 50 ans.
«Nous essayons de recruter des personnes entre 20 et 30 ans. Mais il n'y a pas de refus pour des raisons d'âge. Cet automne, nous allons offrir des cours à distance par Internet, les élèves n'ont pas à venir loger à Montréal. Il y a un processus de sélection avec une dictée, ce qui demande au départ une bonne connaissance de la langue française, plus une entrevue de sélection.»
La formation n'est pas à la portée de toutes les bourses (droits de scolarité de près de 2000$ par session).
Les frais totalisent près de 12 000$ pour deux années d'études à raison de trois sessions par année, plus des frais de documentation de 50$ à 200$ par session et des frais d'équipements de 2500$ qui demeurent des outils de travail après la formation. Trois à quatre heures de cours sont données par jour, cinq jours par semaine.
Le tarif horaire moyen d'un sténographe (qui a le statut de travailleur autonome) pour la prise de témoignage est de 70$ l'heure. Le revenu annuel peut atteindre de 50 000$ à 200 000$ par année.
Le sténographe officiel a comme fonction de noter à la vitesse de la prononciation les paroles et les propos prononcés lors des interrogatoires, des procès ou des commissions rogatoires au moyen de signes conventionnels qu'on appelle les sténogrammes (200 mots à la minute). La sténotypie assistée par ordinateur est le mode d'avenir de ce métier.
Jusqu'au 31 mai, l'école accueille les demandes d'admission pour la session débutant à l'automne.