Alex harvey a pris le cinquième rang du 15 km classique de la Coupe du monde de Toblach, en Italie, samedi.

Ski de fond: Harvey 5e à Toblach

À une semaine des Jeux olympiques, Alex Harvey roule tempête. Samedi, il a pris le cinquième rang du 15 km classique de la Coupe du monde de Toblach, en Italie, une épreuve que le fondeur de Saint-Ferréol songeait à ne même pas courir à Sotchi!
Depuis sa pause du début janvier, Harvey a terminé parmi les cinq premiers à ses trois départs sur le circuit mondial de ski de fond. Hier encore, malgré 25 heures de dur entraînement et de musculation en haute altitude emmagasinées au cours de la dernière semaine, il s'est révélé dans une forme splendide en course.
«C'est surprenant», a-t-il avoué, quand Le Soleil l'a joint par Skype, après la compétition. «Historiquement, la fin de semaine avant un grand championnat [comme les Jeux olympiques], je suis plutôt entre la 50e et la 60e positions. Là, non seulement j'ai des bons résultats même si je ne me sens pas extrêmement bien dans mon corps à cause de mon entraînement récent, mais ma forme est de mieux en mieux chaque jour.»
À pareille date en 2010, à la veille des Jeux de Vancouver, Harvey avait fini 62e au 15 km de la Coupe du monde de Canmore. Scénario semblable l'an dernier quand, à une semaine des Championnats du monde, il avait pris le 56e rang du 15 km de Davos. Une tendance qui remonte à plusieurs années, comme sa 49e place à la Coupe du monde de Liberec avant les Mondiaux juniors de 2008.
Maintenant, l'histoire est tout autre. Il a mis un peu de temps à se mettre en marche, à Toblach, mais la machine roulait ensuite à plein régime. «Au cinquième kilomètre, il est passé devant moi et m'a demandé si [Lukas] Bauer, qui était devant lui, menait la course», raconte son entraîneur. «Comment peux-tu parler quand tu skies à cette vitesse-là?» s'exclame Louis Bouchard. «Je lui ai dit que non, et il l'a dépassé.» Le Tchèque a terminé 15e.
«Très, très gros résultat»
Bouchard qualifie la performance de son poulain de «vraiment impressionnante». «Ce n'est pas à ça qu'on s'attendait. C'est un très, très gros résultat. Il ne se sentait pas bien depuis deux jours, ce qui est normal après autant d'entraînement en haute altitude, mais ç'a bien été pareil. On espère poursuivre dans cette lignée-là, on se croise les doigts pour qu'il garde cette énergie. C'est juste de bon augure pour les Jeux.»
Sauf que le 14 février, au Complexe Laura, sur la crête Psekhako, Harvey pourrait même ne pas se présenter au départ du 15 km classique. Le programme olympique compte six épreuves et le Québécois de 25 ans souhaite maximiser ses efforts.
«Il va falloir en éliminer une, reste à voir laquelle», révèle Harvey. «Cinquième, c'est mon meilleur résultat à vie en départ individuel. Je suis meilleur en sprint et au départ de masse, d'habitude. Là, ça devient un beau problème. Je vais en discuter avec tout le monde, les entraîneurs, le personnel médical.»
Dimanche, il s'attaque au sprint de 1,3 km, au même endroit, dernière compétition officielle avant les épreuves olympiques. Il a déjà grimpé sur le podium à deux reprises en sprint, cette saison, dont lors de sa victoire d'il y a deux semaines, à Szklarska Poreba, en Pologne.
*****
Qualité relevée
Contrairement à l'étape de Coupe du monde précédente, il y a deux semaines, où Alex Harvey avait fini premier et quatrième, la qualité du peloton de cette fin de semaine ne peut être remise en question. Tout le monde était là: Norvégiens, Suédois, Russes, Suisses, nommez-les. Les grandes puissances du ski de fond en sont encore à choisir lesquels de leurs représentants prendront le départ de quelles épreuves olympiques. «C'était assez tendu, parce qu'il y a des pays comme la Norvège ou la Russie qui ont cinq ou six gars capables de bien faire au 15 km à Sotchi, mais ils ont juste le droit à quatre», explique Harvey.
Ce qui ne l'a pas empêché de devancer des grosses pointures comme le Norvégien Petter Northug, 6e, et le Kazakh Alexey Poltoranin, 11e. Harvey a négocié le parcours de 15 km en 37 min 30,1 s, soit 27,4 s de plus que le vainqueur, le Russe Alexander Legkov (37:02,7). Le Suisse Dario Cologna (37:05,6) et le Suédois Marcus Hellner (37:20,3) accompagnaient Legkov sur le podium. Harvey était le plus jeune du top 7.