Alors qu'elle participait à la manche de slalom du super-combiné, Marie-Michèle Gagnon a enjambé une porte, plongé vers l'avant et perdu le contrôle de ses skis, chutant sur ceux-ci.

Ski alpin: Marie-Michèle Gagnon poursuit ses Jeux malgré une dislocation de l'épaule

Mauvaise nouvelle, Marie-Michèle Gagnon a subi une dislocation de l'épaule gauche, lundi, dans le super-combiné de ski alpin. Bonne nouvelle, elle sera malgré tout en mesure de poursuivre son aventure olympique.
La skieuse de Lac-Etchemin a chuté dans la manche de slalom de cette épreuve qui en comprenait aussi une de vitesse, soit une descente. Elle est tombée après avoir enfourché une porte et a eu besoin de l'assistance médicale dans la piste avant d'être transportée par ambulance à la polyclinique du village des athlètes de Rosa Khutor, où les tests n'ont décelé aucune fracture ou déchirure. En début de soirée, heure de Sotchi, Marie-Michèle rassurait tout le monde via son compte Tweeter. «Merci pour tous vos soucis, je me suis disloqué l'épaule et j'ai un bon bleu sur la cuisse, il n'y aura aucun problème pour le GS et SL!», écrivait-elle dans un message qui a vite été repris par médias et partisans.
Par GS et SL, Gagnon voulait dire le slalom géant (le mardi 18 février) et le slalom (le vendredi 21). Malgré son désir d'y prendre le départ, sa présence dans la course du super-G, samedi, est incertaine.
«Il faudra attendre pour voir ce qui va se passer, mais j'espère être capable de participer aux autres courses, ici, à Sotchi. Je veux montrer que l'on peut surmonter des obstacles et accomplir de grandes choses», a-t-elle fait savoir dans une déclaration publiée par le Comité olympique canadien.
Encore en progression
Marie-Michèle avait pris le 21e rang à l'issue de la première manche, terminant cette descente à 2,71 secondes de la meneuse (Mancuso). Elle tentait de remonter de quelques rangs dans la manche de slalom, sa spécialité, jusqu'à sa chute. Le super-combiné a été l'affaire Maria Hoefl-Riesch (Allemagne), devant Nicole Hosp (Autriche) et Julia Mancuso (États-Unis)
«Mes skis sont passés du mauvais côté de la porte et je suis tombée. En essayant de me relever, j'ai su immédiatement que mon épaule [gauche] était disloquée. Mark [Borzecki, le médecin de l'équipe canadienne] et le médecin russe l'ont remise en place, ça ne m'a pas fait mal. Ils ont fait du bon boulot», a ajouté celle qui a été bien entourée tout au long de sa mésaventure.
Il y a un mois, la fierté de Lac-Etchemin avait remporté le super-combiné de la Coupe du monde d'Altermarkt-Zauchensse, en Autriche. Il ne s'agissait cependant pas de la même course qu'à Rosa Khutor puisque la portion vitesse était alors un super G et non pas une descente comme aux Jeux.
«Mon temps dans la descente n'était pas mauvais, je voulais être à deux secondes de la meneuse, alors c'est correct. J'ai fait une erreur dans le haut du parcours, ce n'était pas facile, mais j'ai mieux skié dans la section du bas. Je ne m'attendais pas de gagner ou d'avoir une médaille, il ne s'agit pas de mes derniers Jeux, ce n'est que le début de ma progression», avait-elle dit entre les deux manches.