Raymond Bilodeau en octobre 2011

Six ans et demi de prison pour six vies gâchées

«Vous avez gâché la vie de toutes ces personnes-là, M. Bilodeau.»
La juge Chantale Pelletier n'est pas reconnue pour ménager les accusés. Ni les avocats d'ailleurs.
Lundi, elle n'a pas mâché ses mots non plus en condamnant un homme de 86 ans à six ans et demi de prison pour des sévices sexuels sur six fillettes durant une période de 60 ans. 
«Vous avez fait des victimes toute votre vie, a résumé la juge Pelletier, le ton froid et l'oeil mauvais. Vous avez commis un abus de confiance sur des petites filles âgées parfois de quatre à cinq ans.»
Le fait que Raymond Bilodeau, un résident de Québec, n'ait pas d'antécédent judiciaire pèse peu dans la balance, a ajouté la juge. «Autant de fois que vous avez fait les gestes, ce sont autant d'antécédents judiciaires que vous auriez dû avoir.»
Entre 1958 et 2011, Bilodeau a ciblé six petites filles de son entourage pour assouvir ses instincts. Il s'est fréquemment masturbé jusqu'à éjaculation devant les victimes. L'homme incitait les petites à le toucher et il leur faisait aussi des attouchements aux parties génitales même si elles exprimaient de la douleur.
Plus grave encore, l'homme a masturbé de force une enfant et l'a ensuite retenue au mur par la gorge. Une autre a été carrément violée à l'âge de 10 ans.
Lourdes séquelles
Dans un silence troublé seulement par les sanglots d'une victime, la juge Chantale Pelletier a lu les lettres écrites par ces femmes sur les conséquences des crimes. Blocage sexuel, crainte des hommes, angoisse, problèmes de santé; toutes traînent de lourdes séquelles, a indiqué la procureure de la Couronne, Me Nathalie Leroux. 
Raymond Bilodeau a choisi de plaider coupable à 17 accusations. Mais «pour rassurer les victimes», la juge Pelletier a précisé que ce plaidoyer n'avait pas eu pour effet d'amoindrir la peine, une suggestion commune des parties.
Raymond Bilodeau sera inscrit jusqu'à sa mort au registre des délinquants sexuels. À sa sortie de prison, il ne pourra fréquenter les lieux où l'on retrouve des mineurs.