Le palais de justice de Québec

Six accusations pour le voleur de voiture pincé grâce à un iPhone

Steven Gendron, 41 ans, de Québec, fait face à six accusations en lien avec le vol de voiture pour lequel il s'est fait pincer en partie grâce à une application iPhone, samedi. Et son dossier criminel s'alourdira encore dans les prochains jours.
L'homme au lourd passé criminel était au volant d'une voiture apparemment volée à Québec lorsqu'il a été arrêté, samedi, au terme d'une poursuite policière.
Le propriétaire de la voiture volée se félicitera sans doute d'avoir oublié son cellulaire à bord. C'est grâce à une application permettant de géolocaliser son iPhone qu'il a pu repérer son véhicule... et mettre les policiers sur la piste du voleur présumé.
Steven Gendron a d'abord été repéré sur la Rive-Sud, où il est entré en collision avec un autre véhicule à la hauteur de Saint-Jean-Chrysostome. La conductrice impliquée bien malgré elle a subi des blessures légères après avoir dérapé et fait des tonneaux.
Gendron a poursuivi sa route jusqu'à Lévis, où les policiers ont aperçu le véhicule accidenté. Une chasse à l'homme s'est amorcée jusqu'à l'autoroute de la Capitale à Québec, où la Sûreté du Québec attendait de pied ferme le chauffeur en cavale.
L'homme a fait une deuxième sortie de route, puis a pris la fuite à pied. En vain, puisqu'il a rapidement été maîtrisé par les policiers.
Steven Gendron a été accusé lundi de recel, de conduite dangereuse, d'avoir fui en se sachant poursuivi par des policiers et d'avoir résisté à un agent de la paix. Il lui est également reproché d'avoir contrevenu à deux ordonnances de probation, selon lesquelles il devait garder la paix.
De nouvelles accusations criminelles seront déposées contre lui jeudi, lors de son retour en cour, a annoncé son avocat, Christian Bélanger.
Le résidant de Québec demeure détenu d'ici là, puisque le ministère public s'est opposé à sa remise en liberté.
Gendron possède des antécédents judiciaires en matière de vol, de vol de voiture, d'agression armée, de menaces de mort, et compte à son actif plusieurs non-respects de conditions de liberté surveillée.