POP ROCK, Big Music de Simple Minds

Simple Minds: à moitié réussi ** 1/2

Ils ont beau n'avoir pas fait beaucoup de bruit de ce côté-ci de l'Atlantique depuis 20 ans, mais la bande du chanteur Jim Kerr et du guitariste et claviériste Charlie Burchill a toujours continué à lancer des albums au rythme d'un tous les trois ou quatre ans.
Même en acceptant que le groupe ne refera jamais un autre succès du calibre de Don't You (Forget about Me), on ne peut que se dire que Big Music n'est qu'à moitié réussi.
Les claviers, qui étaient autrefois en appui aux autres instruments et, surtout, à la voix grave de Kerr, ont tendance à malheureusement prendre presque toute la place sur la première moitié de l'album. De plus, disons-le, leur sonorité est quelque peu vieillotte.
Tout s'améliore cependant dans les six dernières pièces, alors que Burchill délaisse un peu les touches pour revenir à ses cordes, osant même un solo çà et là. L'emballage de cette seconde partie est beaucoup plus intéressant pour la voix de Kerr et une ambiance toujours légèrement sombre se dégage de l'oeuvre des Écossais. Dans la musique, comme ailleurs, tout est une question d'équilibre.