L'oeuvre Simons Aurora de Philip Beesley a été installé au magasins Simons du West Edmonton Mall d'Edmonton.

Simons: le règne de la beauté

Passionné d'art, le quatrième pdg de La Maison Simons, Donald, a toujours encouragé et soutenu la création. La diffusion du travail des artistes québécois lui étant particulièrement chère, il a intégré plusieurs oeuvres choisies en fonction de l'architecture unique de chacun de ses magasins. Sa passion s'est transmise à ses fils Peter et Richard, qui perpétuent le mouvement lancé par leur père. Voici quelques exemples d'oeuvres d'art que l'on peut admirer en magasin.
3DCanada de Douglas Coupland
Simons s'est associée à l'auteur canadien et artiste en arts visuels Douglas Coupland, dans un projet artistique participatif, pour souligner l'implantation de nouveaux magasins au Canada. En 2017, Coupland aura visité six villes pour proposer aux participants qui assistent à ses démonstrations, de faire leur portrait en format 3D, qu'ils conservent par la suite. À terme, une sculpture réalisée par Douglas Coupland, composée d'une centaine de ces bustes imprimés, sera installée dans un des futurs magasins canadiens. Les détails au press.simons.ca/3DCanada/fr
Simons Aurora de Philip Beesley
West Edmonton Mall, Edmonton 
L'oeuvre du Canadien Philip Beesley est en perpétuel changement. Elle place l'expérience humaine au coeur du mouvement, permettant au public d'interagir avec cette installation hybride qui allie sculpture et architecture. Elle est composée d'acrylique taillé au laser, de Mylar, de verre artisanal, et de composantes électroniques.
(Portrait tiré du site www.fabricate2011.org)
Morphodynamique de Julie Tremblay
Promenades Gatineau, Gatineau 
L'artiste Julie Tremblay, originaire de Québec et basée à New York, a réalisé une immense sculpture d'aluminium représentant l'étude entre les formes, les forces, et les mouvements. Conçue sur une période d'un an, l'oeuvre a dû être démontée en 18 sections pour être transportée de New York à Gatineau. (Portrait par Thomas Petri, tirée du site www.yatzer.com)
La Visite de Pierre Laforest
Côte de la Fabrique, Québec 
Quand il a acquis un bâtiment voisin du siège social de côte de la Fabrique, Peter Simons a découvert qu'une partie de l'immeuble avait déjà abrité la première auberge de la ville, en 1648, tenue par Jacques Boisdon. M. Simons a donc commandé au peintre-muraliste Pierre Laforest, de l'île d'Orléans (qui travaille d'après une technique apparentée aux maîtres hollandais du XXIIe siècle), une oeuvre évoquant cette première auberge. 
Solstice de Guido Molinari
Rue Sainte-Catherine, Montréal 
Grande figure de l'art contemporain canadien et chef de file de l'école géométrique abstraite de Montréal, le regretté Guido Molinari a créé un impressionnant kaléidoscope lumineux mobile, aux couleurs symbolisant la rythmique des saisons. L'oeuvre a été mise en mouvement par le designer Michel Dallaire, concepteur du système de mécanisation. (Portrait par Guy L'Heureux tiré du site www.guidomolinari.com)
Envolée d'écume de Pascale Girardin
Place Ste-Foy, Québec (5) 
La céramiste et créatrice d'installations architecturales Pascale Girardin, de Montréal, a acquis une renommée internationale, grâce à la création et à la réalisation de nombreuses oeuvres intégrées à l'architecture d'espaces publics. Son oeuvre mobile Envolée d'écume, qui se meut lentement, ramène à l'équilibre de l'humain dans le vide.
Éclosions de Yolaine Plante
Promenades Saint-Bruno, Saint-Bruno-de-montarville
Cette huile sur toile en quatre temps de la peintre Yolaine Plante (originaire de Rimouski mais installée à Québec) symbolise les grandes étapes de la vie de l'être humain.
<p><em>La coupole de Saint-Amand-les-Eaux</em> de Walter Crane</p>
La Coupole de Saint-Amand-Les-Eaux de Walter Crane
Côte de la Fabrique, Québec
En plus de la fontaine de Tourny, Peter Simons a trouvé en France une autre oeuvre d'art datant du XIXe siècle qu'il a fait «immigrer» à Québec, La coupole de Saint-Amand-Les-Eaux. M. Simons a déniché la mosaïque de verre italien (attribuée à Walter Crane) au grand marché aux puces de Saint-Ouen, en banlieue de Paris... chez le même antiquaire où il a acheté notre fameuse fontaine.
Auparavant, La coupole ornait le château Bouchart (détruit au milieu des années 90), construit à la fin du XIXe siècle par une riche famille d'industriels français. L'oeuvre avait été commandée pour le mariage d'une des quatre filles Bouchart. Son histoire raconte la tourmente amoureuse d'une princesse, pendant que deux chevaliers s'affrontent pour gagner son coeur.
Pour être transportée à Québec, La coupole de Saint-Amand-Les-Eaux a dû être sciée en deux. Pour la restaurer et lui redonner son lustre d'antan, Peter Simons a fait venir d'Italie deux artistes experts dans la restauration, Evelina Della Vedona et Stefano Jus, de l'École Scuola Mosaicisti del Friuli à Spilimbergo.
La coupole de Saint-Amand-Les-Eaux a été installée en 2005, dans la section Le 31 du magasin de la côte de la Fabrique, lors de l'agrandissement et de la rénovation du commerce. Elle est dédiée affectueusement à Carlo et Maria Cusan, ainsi qu'à tous les Italiens établis à Québec, pour souligner leur apport culturel et social à la communauté québécoise.