Sugar Sammy et Simon-Olivier Fecteau

Simon-Olivier Fecteau et Sugar Sammy: un gars, un autre gars

Prenez un gars malhabile avec les filles parce qu'il n'est pas assez sûr de lui, et un gars malhabile parce qu'il l'est trop; un anglo de la métropole, un franco de Victoriaville. Vous obtiendrez un tandem comique contrasté, mais surtout le duo d'amis improbables et fidèles au coeur de l'émission Ces gars-là, présentée depuis quelques semaines sur les ondes de V.
L'humoriste Sugar Sammy et le réalisateur touche-à-tout Simon-Olivier Fecteau voulaient travailler ensemble depuis longtemps. «Au lieu d'envoyer une idée à plein de gens, je préfère envoyer plein d'idées à la personne avec qui j'ai envie de travailler. Simon a rejeté toutes mes idées, sauf la dernière», résume Sam, qui partage avec son acolyte un goût développé pour les séries comme The Office, Seinfeld et Curb Your Enthusiasm.
Plongeant dans la fiction, une branche délaissée à V depuis Prozac en 2010, le duo a imaginé deux archétypes inspirés de leurs propres personnalités. «Leurs défauts sont un peu gros au début, mais plus on avance dans la saison, plus nos personnages se rapprochent de nous-mêmes», indique Fecteau, qui réalise les 10 épisodes et y joue, «ce qui est un peu comme être auteur-compositeur-interprète», illustre-t-il. Il faut dire qu'il s'est déjà exercé à porter les deux chapeaux pour l'émission des Chick'n Swell et la websérie En audition avec Simon.
Les histoires de Ces gars-là (la chasse au cyberintimidateur, la guerre aux parents qui cuisinent gras) sont la plupart du temps inspirées de vraies situations. «La fille qui pue de la bouche, au premier épisode, elle existe, même si elle ne le sait pas», glisse Fecteau, qui adopte un ton résolument réaliste.
«On ne voulait pas faire ça trop gros. Oui, il y a des gags qui vont loin, mais on voulait qu'on s'attache aux personnages, qu'on ait l'impression d'être un peu voyeur.»
Afin de ratisser le plus large possible, les deux gars se sont concentrés sur leur amitié et sur leurs relations amoureuses, en occultant tout ce qui touche à leur vie professionnelle et au milieu artistique. Tout de même, les plus avertis reconnaîtront peut-être un peu de l'auteure India Desjardins (qui collabore au scénario et est l'ex de Simon-Olivier Fecteau) dans le personnage de l'ex de Simon. «Le type de relation est identique. Et c'était intéressant d'avoir une fille dans l'équipe pour défendre les personnages de filles, parce que franchement, Sam et moi, on ne comprend pas trop comment elles marchent», rigole Fecteau.
Sammy, lui, n'habite pas chez ses parents, mais avoue tout de même avoir encore un pied dans le nid familial. «Je les visite cinq ou six fois par semaine, ils me gardent terre à terre, ce qu'ils pensent m'importe encore beaucoup», indique l'humoriste, qui souhaitait montrer des hommes un peu plus «hommes» que ce qu'on voit habituellement à la télévision. «Ce n'est pas une émission matriarcale», lance son complice.
L'émission est diffusée le lundi à 20h sur les ondes de V, puis en rediffusion sur vtele.ca.