Les fans de la série Firefly n'ont eu droit qu'à la diffusion de 14 épisodes, en 2002 et 2003.

Séries télé retirées: rester sur sa fin

Chaque mois, cette chronique présente une série télé qui a fait vibrer nos journalistes. Mais il arrive parfois que l'émission chérie soit brusquement retirée du petit écran, au grand malheur des téléspectateurs les plus fidèles. Aujourd'hui, le cas de trois d'entre elles : Firefly, Arrested Development et Carnivàle.
Nombreux sont les télé­spectateurs qui voient leur télésérie favorite se terminer avant son dénouement. Les séries américaines Carnivàle, Arrested Development et Firefly ont notamment été victimes de ce traitement, qui avait suscité la colère des fans envers le diffuseur. Cependant, bien qu'il soit celui qui «tire sur la plogue», il n'est pas nécessairement le seul responsable de la fin d'une émission.  
«En règle générale, la raison pour laquelle les programmeurs mettent fin à une série, c'est qu'elle ne répond pas aux objectifs de départ», explique Philippe Lapointe, ancien vice-président à la programmation chez TVA. Ces objectifs sont composés des cotes d'écoute, mais aussi des revenus générés par une série télé, le plus souvent en publicité.
Chez les grandes chaînes, la cote d'écoute est reine. En fonction de certains critères (âge du public, heure de diffusion, type d'émission, budget de départ), le diffuseur fixe un objectif. Lorsque la série se révèle en deçà de cette limite, la chaîne peut procéder à quelques ajustements. «Soit on change l'heure de diffusion, les acteurs», précise Philippe Lapointe, qui ajoute que la décision d'annulation dépend «de la patience du diffuseur».
Au Québec, les cotes d'écoute sont déterminées par BBM, qui, à l'aide de sondages papier et de systèmes audiométriques connectés à la télévision, recueillent des informations notamment sur les heures d'écoute, le choix des émissions et l'âge des téléspectateurs. Aux États-Unis, ce service est assuré par Nielsen, qui produit un classement des séries télé.
Outre le nombre de téléspectateurs, les raisons derrière l'annulation comprennent la censure, les divergences importantes entre les artisans ou encore un mauvais timing. Trafic d'André Robitaille en a d'ailleurs été victime: la première émission devait être diffusée un certain 11 septembre 2001. En soi, le coût élevé d'une série n'est pas une raison suffisante pour y mettre fin si les bénéfices en valent la peine.
Pour consoler les télé­spectateurs, ceux-ci peuvent se contenter du fait que leur série ait pu voir le jour. Lors de l'annulation de Carnivàle, le créateur Daniel Knauf s'était adressé aux fans déçus, leur disant: «HBO a repris, mais bon Dieu... HBO a donné.» Pour les plus déterminés, la perspective d'une reprise n'est jamais impossible.
*****
Malgré sa très courte existence (deux saisons), <em>Carnivàle</em> a remporté cinq prix Emmy en 2004
Succès mitigé
Titre : Carnivàle (Circo)Pays : États-UnisDiffusion : 2003-2005Nombre de saisons : 2Créateur : Daniel KnaufActeurs : Nick Stahl, Clancy Brown, Michael J. Anderson, Clea DuVall, Adrienne Barbeau
Résumé : à toutes les générations, le bien et le mal prennent forme humaine et s'affrontent pour l'avenir de l'humanité. Durant la dépression des années 30, le combat opposera le forain Ben Hawkins et le frère méthodiste Justin Crowe.
Notes : malgré sa très courte existence, Carnivàle a remporté cinq prix Emmy en 2004. Le premier épisode a attiré près de 5,3 millions de téléspectateurs, le meilleur départ qu'avait alors connu la chaîne HBO. La complexité et la mythologie de la série en ont toutefois rebuté plusieurs. Le nombre de fidèles n'a cessé de baisser, n'attirant plus que 1,7 million de téléspectateurs en moyenne pendant la deuxième saison, avant que Carnivàle soit annulée.
Suite : si le succès de la série a été mitigé, elle a tout de même été rachetée par de nombreuses chaînes. Au Québec, Super Écran a assuré sa diffusion sous le nom de Circo. Aux États-Unis, l'annulation a suscité la colère des fans et plus de 50 000 courriels ont été envoyés à la chaîne en une seule fin de semaine. Pour satisfaire les amateurs déçus par une finale laissée en suspens, Daniel Knauf a profité des DVD et des conventions pour éclairer les fans quant à l'avenir des personnages. Aucun film ni nouvel épisode n'est prévu.
*****
Un désastre presque annoncé
Titre : Firefly (photo du haut)
Pays : États-UnisDiffusion : 2002-2003Nombre d'épisodes produits : 14Créateur : Joss Whedon (Avengers)Interprètes : Nathan Fillion, Gina Torres, Alan Tudyk, Adam Baldwin
Résumé : combinant science-fiction et western, Firefly suit les aventures de Mal Reynolds, vétéran qui cherche à fuir l'influence du gouvernement en place à l'aide du vaisseau spatial Serenity.
Notes : on pourrait dire que Firefly était voué à l'échec dès le départ. Si le mélange des genres a pu en rebuter quelques-uns, c'est plutôt sa diffusion qui a compliqué les choses. Onze des 14 épisodes ont été présentés sur FOX à la case horaire ingrate du vendredi soir, surnommée le Death Time Slot. Les épisodes ont été volontairement disposés en désordre, soi-disant pour diffuser le meilleur d'abord. Au moment de son annulation, Firefly attirait 4,48 millions de spectateurs en moyenne.
Réception : classée au 12e rang du top 25 des séries-cultes d'Entertainment Weekly (EW), Firefly a attiré de nombreux fans, surnommés les Browncoats. Les adeptes, très actifs, ont, à maintes reprises, amassé des fonds pour divers projets qui permettraient à la fois de faire connaître la série à un plus large public, mais aussi de poursuivre sa production. En 2005, Joss Whedon a réalisé le film Serenity, en continuité avec la série. Lors d'une entrevue avec EW, l'acteur Nathan Fillion a lancé à la blague que s'il gagnait 300 millions $, il rachèterait les droits de Firefly. Répondant à l'appel, les fans ont récolté dès le lendemain plus de 10 000 $. Lorsque Fillion s'est retiré, l'argent recueilli a été remis à des fondations chères au coeur de l'acteur.
*****
<p>Après avoir été annulée en 2006 après trois saisons, la série <em>Arrested Development</em> est revenue à l'écran en 2012 avec la diffusion du premier épisode de la quatrième saison sur Netflix. Un film tiré de la série est en préparation.</p>
De retour après la pause
Titre : Arrested DevelopmentPays : États-UnisDiffusion : 2003-2006, repris en 2012Nombre de saisons : 4Créateur : Mitchell HurwitzActeurs : Jason Bateman,Portia de Rossi, Will Arnett, Michael Cera, Jessica Walter
Résumé : on suit les tribulations des Bluth, une famille dysfonctionnelle qui se retrouve sans le sou après avoir fait fortune dans l'immobilier.
Notes : acclamée par la critique, la série a remporté six prix Emmys et un Golden Globe. Mais les fans n'ont pas été au rendez-vous et, en 2006, Arrested Development a été annulée après trois saisons. Lors de sa première saison, elle attirait près de 6,2 millions de téléspec­tateurs. L'audimat a diminué significativement pour la troisième saison, alors que FOX l'a déplacée le lundi à 20h. Au moment de son annulation, elle était suivie par 3,43 millions de téléspectateurs.
Suite : selon EW, qui a classé Arrested Development en troisième position de son classement des 25 meilleures séries-cultes, la légende n'a fait que grandir après l'annulation. Il aura fallu six ans et de nombreuses rumeurs de films et de nouvelles saisons pour que le tournage de la série reprenne, avec les acteurs d'origine. Le premier épisode de la quatrième saison a été diffusé le 7 août 2012 sur Netflix. Le créateur Mitchell Hurwitz a annoncé qu'un film tiré de la série était en préparation.