Le juge Bernard Lemieux a souligné que le travail des journalistes au palais de justice consiste à rendre compte des activités judiciaires, «ce qui comprend la diffusion des images des accusés».

Sentence suspendue pour des voies de fait sur un caméraman

Le père d'un accusé qui avait rudoyé un caméraman de TVA-Québec s'en tire avec une sentence suspendue pour trois ans accompagnée d'une probation de la même durée.
Jacques Dupré, 75 ans, devra aussi verser un don de 1000 $. Le septuagénaire est le père de René Dupré, un ex-pompier volontaire de Donnacona coupable de leurre informatique.
En octobre, alors que son fils devait se présenter à la cour, Jacques Dupré avait violemment poussé le caméraman Jacques Perreault qui faisait son travail dans la zone réservée aux médias. Dupré père avait été arrêté et accusé de voies de fait.
Quelques semaines plus tard, il a brisé ses conditions de remise en liberté en narguant le journaliste Martin Everell de TVA. Le juge Bernard Lemieux a souligné que le travail des journalistes au palais de justice consiste à rendre compte des activités judiciaires, «ce qui comprend la diffusion des images des accusés».
Le juge Lemieux a trouvé trop sévère la suggestion de peine de la Couronne, soit 30 jours d'emprisonnement, et a préféré celle de l'avocate de la défense, Me Geneviève Bertrand.