L'oeuvre phare de Denise Boucher, Les fées ont soif, avait provoqué un tollé lors de sa première création en 1978. Certains catholiques avaient demandé la censure de la pièce aux propos audacieux pour l'époque. Dans cette nouvelle mouture, Lorraine Côté, Marie-Ginette Guay et Lise Castonguay défendront le cri du coeur de ce trio de femmes contre l'aliénation et pour la liberté.

Saison 2014-2015 de la Bordée: éclairer la vie

Jacques Leblanc a décidé de placer la nouvelle saison de la Bordée sous le signe de la clarté. «J'ai intitulé la saison Lumière(s) d'abord parce que la lumière est essentielle à la représentation théâtrale», a rappelé lundi le directeur artistique lors du lancement de la 10e saison sous sa gouverne au théâtre de la rue Saint-Joseph. «Mais aussi pour ce que chaque pièce va amener au public et aux artistes. Je trouve qu'il y a, dans ces cinq pièces, énormément de lumière, de clarté, de flammèches, de lueurs, d'étincelles...» a-t-il énuméré.
La saison 2014-2015 s'ouvrira avec une oeuvre précédée par son scandale, Les fées ont soif. L'oeuvre phare de Denise Boucher avait provoqué un tollé lors de sa première création en 1978, au Théâtre du Nouveau Monde. Les représentations de la Statue (la Vierge), de Marie (la mère) et de Madeleine (la prostituée), qui se rebellent contre les étiquettes qu'on leur a accolées au fil des siècles, avaient choqué certains catholiques qui avaient demandé la censure de la pièce au propos audacieux pour l'époque. Dans cette nouvelle mouture, ce sont Lise Castonguay, Lorraine Côté et Marie-Ginette Guay qui défendront le cri du coeur de ce trio de femmes contre l'aliénation et pour la liberté, dans une mise en scène d'Alexandre Fecteau.
En plein coeur de l'automne, ce sera Loup bleu, la marionnette du Théâtre du Sous-marin Jaune, qui prendra d'assaut les planches de la Bordée. Le metteur en scène Antoine Laprise prépare une adaptation du classique de Tolstoï Guerre et paix, sur les tourments d'un peuple victime des guerres napoléoniennes en Russie au début du XIXe siècle. Le texte a été adapté par Louis-Dominique Lavigne, du Théâtre de Quartier, et Loup bleu lui-même, la marionnette qui tient aussi lieu de directeur artistique du Théâtre du Sous-marin Jaune.
Registre comique
Au retour des Fêtes, en janvier, c'est dans un registre comique que se continuera la saison de la Bordée. Cet hiver, Jacques Leblanc nous a servi un incontournable de la commedia dell'arte, Arlequin, serviteur de deux maîtres. L'an prochain, le directeur artistique de la Bordée s'est réservé la mise en scène d'un autre classique, de Molière cette fois : Les fourberies de Scapin. Christian Michaud a été choisi pour interpréter Scapin, dans cette histoire où la ruse se mêle à la vengeance.
Après ce classique, c'est une oeuvre au nom intriguant qui prendra l'affiche. W;t (déformation de Wit, en anglais), une coproduction de la Bordée et du Théâtre Niveau Parking, est une pièce écrite par l'Américaine Margaret Edson, sur la vie d'une cinquantenaire confrontée à la mort à cause d'un cancer aux ovaires agressif. On y retrouvera entre autres Marie-Josée Bastien, Lorraine Côté, Jacques Leblanc et Paule Savard. La traduction est de Maryse Warda et la mise en scène, de Michel Nadeau.
La saison régulière se conclura avec un autre classique du répertoire américain, La chatte sur un toit brûlant. Ce sera la première présentation d'une pièce de Tennessee Williams à la Bordée, adaptée par René Dionne et mise en scène par Maxime Robin. Marie-Ginette Guay, Valérie Laroche, Michel Nadeau et Patric Saucier font notamment partie de la distribution. La pièce de Williams raconte l'histoire d'une riche famille du Mississippi où les secrets et les non-dits vont finir par éclater.
En plus de sa programmation régulière, la Bordée accueillera deux autres pièces en tournée. Le théâtre de la rue Saint-Joseph avait déjà annoncé la venue de l'actrice française Catherine Frot dans Oh les beaux jours de Samuel Beckett (16 au 18 février). Du côté québécois, c'est Midsummer, une pièce musicale de David Greig (texte) et Gordon McIntyre (musique), traduite par Olivier Choinière, qui sera présentée du 25 novembre au 6 décembre. Histoire d'une rencontre improbable entre une avocate spécialisée en divorce et un petit mafieux sympathique, à Édimbourg, Midsummer met en vedette Isabelle Blais et Pierre-Luc Brillant dans une mise en scène de Philippe Lambert.