Ci dessous, Fanny Mallette et Roy Dupuis dans une scène de Roche papier ciseaux. L'acteur a adopté un jeu minimaliste pour incarner son personnage de médecin déchu.

Roy Dupuis: l'homme de peu de mots

Le rôle de Vincent, dans Roche papier ciseaux, va comme un gant à Roy Dupuis. Le médecin déchu est homme de peu de mots. Ses silences reflètent son désir de disparaître des écrans radars. L'acteur a adopté un jeu minimaliste. «Je ne pense pas avoir jamais fait plus effacé.» Mais la comparaison a ses limites, rigole de bon coeur Dupuis, en entrevue.
«Roy Dupuis n'est pas extraverti, mais il l'est plus que ce personnage. Roy Dupuis est plus extraverti à la maison qu'en public. C'est quelque chose qui me convenait parce que les silences de Vincent, c'est son texte.»
Les silences appartiennent d'ailleurs bien plus au langage cinématographique que télévisuel, souligne le populaire acteur. «Quand on peut le dire par l'image plutôt que par la parole, pour moi, c'est un plus.»
La vision du réalisateur qui transparaissait à la lecture du scénario l'a immédiatement convaincu. Une rencontre avec Yan Lanouette Turgeon a «amplifié» son désir d'en être. «Il y avait une audace dans l'univers et dans l'histoire. Ce sont de beaux personnages, en plus. Ce que je demande d'un scénario, c'est d'être surpris.» Vincent «n'est pas où il voudrait être et on n'explique pas comment il a fait pour s'y rendre non plus. C'est pas important. Ce qu'il est, c'est ce qu'il va faire de cette réalité.
«On me demande souvent s'il y a un rôle que je veux faire. Non! Oui, celui que je ne connais pas, celui qui va me surprendre. C'est un beau métier quand même. C'est le fun, s'amuse-t-il. Mais des fois, il y a des films qui, même s'ils ne sont pas surprenants, méritent d'être faits, pour le propos. Comme le film sur le général Dallaire ou même celui sur Maurice Richard, qui parle du réveil d'un peuple.»
Le ton décalé de Roche papier ciseaux l'a aussi séduit. «Les situations sont intenses, mais les personnages se mettent tellement dans la marde que ça devient drôle. Ça reste du cinéma divertissant.»
Parlant de divertissement, l'acteur a été «déçu» de la fin abrupte des Rescapés à la télé. «C'est la première fois que je ne finis pas une histoire de ma vie. C'est plate. Ça a de l'air que ça se peut, ça, de nos jours.»
Roy Dupuis préfère le cinéma, de toute façon. Et il est bien servi puisqu'on le verra aussi dans L'autre maison de Mathieu Roy et dans Cyanure de Séverine Cornamusaz. Il sera bientôt dans Rest Home, un film anglophone qui sera tourné au Québec par le réalisateur Michael Rowe (Année bissextile).