L'ex-députée bloquiste Suzanne Tremblay en veut au PQ d'avoir éclipsé la candidature de l'ex-leader étudiant Thomas Briand-Gionest pour faire place au conseiller politique Harold Lebel, dans Rimouski.

Rimouski: l'ex-bloquiste Suzanne Tremblay appuie QS

Le Parti québécois (PQ) a fait preuve de mépris à l'égard de ses militants de Rimouski en y parachutant Harold Lebel, dénonce l'ex-députée du Bloc québécois Suzanne Tremblay. Pour punir le PQ, dont elle est toujours membre, la politicienne invite les électeurs de la circonscription à choisir la candidate de Québec solidaire (QS), Marie-Neige Besner.
«Si le candidat du PQ est défait, ce sera ma victoire», lance celle qui est connue pour ne pas avoir sa langue dans sa poche. Ce matin, elle donnera son appui officiel à la formation solidaire lors d'un point de presse à Rimouski. Le député sortant, Amir Khadir, et le co-porte-parole du parti, Andrés Fontecilla, seront à ses côtés.
Suzanne Tremblay, qui a représenté les électeurs de la circonscription fédérale de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques de 1993 à 2004, juge que l'exécutif du PQ a «manqué d'élégance» cet hiver. Selon elle, il a délibérément exclu la candidature du jeune militant Thomas Briand-Gionest pour laisser la place au conseiller politique de plusieurs chefs péquistes, Harold Lebel.
«Ils feront bien la campagne qu'ils voudront au national, mais dans mon comté, je suis incapable de voter pour le candidat que le PQ m'envoie. Je n'aime pas les parachutés», s'indigne-t-elle. Le PQ avait justifié son geste en soutenant que l'ancien leader étudiant n'avait pas démissionné à temps de l'exécutif péquiste de Rimouski et aurait omis de remplir des documents avec son bulletin de candidature.
La dame désormais âgée de 77 ans reproche au parti dirigé par Pauline Marois d'avoir procédé de la même façon dans plusieurs circonscriptions, dont à Trois-Rivières où la candidature de l'ex-journaliste Alexis Deschênes aurait également été orchestrée. Pour Mme Tremblay, le PQ a enfreint une règle d'or : celle de respecter ses militants.
Contre PKP et la charte
L'annonce de la candidature de Pierre Karl Péladeau a aussi été «mal programmée», croit l'indépendantiste. Elle juge que l'homme d'affaires aurait dû être présenté au conseil national de la formation, qui s'est tenu peu de temps avant le déclenchement des élections. De plus, elle ne voit pas comment l'homme d'affaires pourrait être un élément rassembleur pour les travailleurs. «On a besoin de tous les citoyens du Québec pour faire la souveraineté», soutient celle qui aime «l'aspect progressiste» de Québec solidaire.
Par ailleurs, elle trouve que le PQ a été «frileux» avec la charte qui «n'a rien à voir avec les valeurs québécoises». «Ils ont eu peur d'appeler ça charte de la laïcité et ils font fausse route en parlant du voile comme d'un élément religieux. Pas une ligne dans le Coran parle des voiles!» s'exclame celle qui dit vouloir voter «avec cohérence et sagesse».Le péquiste Irvin Pelletier représentait Rimouski depuis 2007.
Avec la collaboration de Johanne Fournier