Macha Grenon et les interprètes de ses trois enfants, dans Nouvelle adresse, Antoine Pilon, Marguerite Bouchard et Jade Charbonneau

Richard Blaimert et Nouvelle adresse: apprivoiser la fatalité

Peu d'auteurs de série se sont risqués à présenter un personnage principal dont l'arrêt de mort est signé dès le premier épisode. Sinon, ils en ont fait le prétexte d'une série d'actions extrêmes et illicites comme dans l'émission américaine Breaking Bad. Dans Nouvelle adresse, de Richard Blaimert, il n'y aura que de la vie, même si la mort attend.
<p>Richard Blaimert, l'auteur de Nouvelle adresse</p>
«C'est l'angle réaliste. Il y quelque chose de sombre dans la prémisse, mais ce n'est pas vrai qu'on se sent dévasté 24 heures sur 24 après un diagnostic de cancer», expose l'auteur, qui voulait surtout qu'on puisse voir l'héroïne dans des moments où elle doit continuer à vivre.
Cette héroïne, c'est Nathalie, interprétée par Macha Grenon, qu'on n'avait pas vu sur nos écrans depuis longtemps. «Sa finesse, son intensité et surtout son authenticité sont magnifiques. Le personnage n'aurait pas pu être mieux servi», croit l'auteur.
Celle-ci écrit des chroniques sociales et humanistes dans un grand journal. Un métier public, pour l'instant en trame de fond, mais qui aura une plus grande incidence sur le dernier tiers de la saison.
Le mal du siècle
Pourquoi s'être penché sur le mal du siècle? «Je vais avoir 50 ans, j'ai perdu mes parents très jeune, mais je ne comprends toujours pas ce qu'est la mort. Il y a un moment où on ressent dans notre corps que nous ne serons pas éternels, alors qu'à 20 ans ou 30 ans, lorsqu'on est en bonne santé, c'est très abstrait», répond-t-il.
Avant d'écrire, il a pu s'entretenir avec des enfants ayant perdu leurs parents et qui ont accepté de raconter comment ils avaient vécu cette épreuve. Dans Nouvelle adresse, Nathalie a trois enfants très différents: «Émile est le garçon hyper responsable qui a compensé pour le départ de son père et qui est follement amoureux de sa mère, Léa est une adolescence un peu plus vindicative, qui dit tout ce qu'elle pense, alors que Romy est un peu plus dans sa tête, analyse tout, et n'est pas dans la vie comme les deux autres.»
Vingt-quatre épisodes seront présentés d'ici avril, une rareté pour une nouvelle série, qu'on teste habituellement avant de reconduire. «J'ose espérer qu'ils étaient contents des textes et du travail de Sophie Lorain [à la réalisation pour 9 épisodes sur 12]», indique M. Blaimert.
Celui-ci a plutôt versé vers la comédie en écrivant Penthouse 5-0, Cover Girl et Les hauts et les bas de Sophie Paquin. «Cette fois, j'avais envie de me connecter à un matériau vrai, sensible, authentique, des choses plus réelles et plus significatives pour les gens», souligne-t-il.
Tout ne sera pas toujours sombre, pourtant, dans Nouvelle adresse. «Le mélange des tons ressemble un peu à ce qu'on vit à des funérailles. On pleure, on pleure, puis un moment donné on croise un regard et on se met à rire. On passe par tous les états en peu de temps», illustre Richard Blaimert.
Nouvelle adresse est présentée les lundis à 21h à ICI Radio-Canada télé.