Ricardo Trogi

Ricardo Trogi retourne en 1953 pour Séries+

Après les années 80 de son adolescence, Ricardo Trogi reculera encore plus loin, cette fois dans les années 50, alors que le Québec a été le théâtre d'un trafic de nouveau-nés vers les États-Unis. Nous avons appris que le réalisateur mettra en images ce pan bien réel mais méconnu de notre histoire dans une minisérie diffusée en 2015 à Séries+. Marianne Fortier et Sébastien Delorme en seront les vedettes.
On voit rarement des séries d'époque à la télé québécoise, Séries+ nous en donne et c'est tant mieux. L'oeuvre de cinq épisodes, située en 1953-1954 et intitulée provisoirement Le berceau des anges, est signée Jacques Savoie, l'auteur des Lavigueur, et marque le retour de Ricardo Trogi à la télévision, après Malenfant, qu'il avait aussi réalisée pour Séries+ il y a bientôt quatre ans. La série est produite chez Avanti Ciné Vidéo, dont la dernière fiction était Adam et Ève.
Une partie de la distribution de cette série qui sera tournée au printemps est choisie. Sébastien Delorme jouera l'enquêteur Edgar McCoy, chargé de fouiller cette histoire après avoir été alerté par les autorités américaines, Ève Duranceau joue sa partenaire de travail, Denise Royer, et Gildor Roy sera leur patron. Le nom d'Isabelle Blais a été évoqué pour le rôle de l'épouse de McCoy, avec qui il voudra justement adopter un enfant.
C'est le nombre anormalement élevé de bébés en provenance du Canada qui a éveillé la police. On pouvait débourser jusqu'à 10 000 $ pour en adopter. Au fur et à mesure qu'on découvre l'ampleur du réseau, une enquêteuse de New York, jouée par Victoria Sanchez, se joindra à l'équipe.
Nous suivrons en parallèle le cas de Gabrielle Hébert, fille-mère de Chicoutimi, répudiée par les siens. En fuyant à Montréal, elle se lie d'amitié avec une jeune femme aussi enceinte, à l'Hôpital de la Miséricorde, et sera mêlée malgré elle à l'enquête policière. Marianne Fortier, qui a joué Aurore au grand écran et qu'on a vue dans La galère, tiendra le rôle de Gabrielle, Gaston Lepage, celui du prêtre qui dirige l'Hôpital de la Miséricorde, et Sandrine Bisson hérite du personnage d'une tenancière de maison clandestine où les transactions avaient lieu. Celle-ci retrouve d'ailleurs Ricardo Trogi, pour qui elle a joué dans 1981, puis dans la suite, 1987, qui sortira au grand écran cet été.
Séries+, qui est passée entre les mains de Corus, commande une minisérie québécoise par année. Après Vertige et Mon meilleur ami, qui ont fait de nombreux adeptes ces deux dernières années, la chaîne présentera en avril La marraine, avec Claudia Ferri dans le rôle de Paloma Luisa Marquez Hermosa, qui assurait le transit de cocaïne à Montréal, un autre fait réel des années 90.
La vente des chaînes d'Astral à Bell et Corus a par ailleurs entraîné le départ de plusieurs têtes importantes dans l'entreprise, dont Judith Brosseau, qui dirigeait notamment Séries+, Canal D et Historia, Marie Collin, qui était à la tête de Canal Vie, Ztélé et VRAK, de même que Pierre Roy et André Bureau, deux vétérans chez Astral. Chez Corus, la destinée des chaînes acquises est maintenant entre les mains de Mario Cecchini, alors que Fabrice Brasier demeure vice-président programmation de Séries+ et Historia.
****
Denis Casavant passe à TVA Sports
Il y a des départs qui font plus mal que d'autres, et celui de Denis Casavant, parti à TVA Sports pour décrire les matchs de la LNH en saison régulière, laissera un grand vide à RDS. L'homme polyvalent, qui faisait pratiquement l'unanimité, décrira également les matchs de la Ligue majeure de baseball dès cet été.
Ce nom s'ajoute à ceux de Félix Séguin, Patrick Lalime, Renaud Lavoie, José Théodore, Michel Bergeron et Simon Gagné, qui ont tous intégré l'équipe de TVA Sports depuis que la chaîne de Québecor a décroché les droits des matchs du Canadien le samedi et durant les éliminatoires.