Autrui

Rentrée cinéma québécois: le couple dans tous ses états

Le résultat est parfois artificiel quand on tente de trouver un thème commun à des oeuvres diverses qui n'ont pour particularité que de voir le jour au même moment. Un constat s'impose néanmoins quand on examine l'hiver québécois : les films les plus attendus traitent tous de couples, mais d'une façon totalement différente et, parfois, iconoclaste. Très prometteur.
<p><em>Félix et Meira</em></p>
Félix et Meira
Le nouveau long métrage de Maxime Giroux (Jo pour Jonathan) a causé une grosse surprise cet automne en obtenant le prix du meilleur long métrage canadien au Festival de Toronto, alors que tout le monde attendait Mommy (Xavier Dolan). Film d'auteur intimiste, il met en scène Meira (Hadas Yaron), une jeune mère de la communauté hassidique qui tente de s'évader du cadre strict de sa religion auprès de Félix (Martin Dubreil), un solitaire en deuil de son père. Les deux vont nouer des liens et essayer de trouver de nouvelles perspectives à leur vie.
Date de sortie : 30 janvier
Autrui
Ce n'est pas parce que Micheline Lanctôt a obtenu le Jutra-Hommage, en 2014, qu'elle a accroché sa caméra. Ce drame social baigne dans les eaux habituelles de la réalisatrice, qui s'est inspirée d'un reportage sur une Française qui avait offert l'hospitalité à un sans-abri. Dans sa fiction coécrite avec Hubert-Yves Rose (La ligne de chaleur), Lucie (Brigitte Pogonat), une jeune trentenaire, recueille Éloi (Robin Aubert), un clochard en train de mourir de froid dans sa ruelle. Il y restera deux mois.
Date de sortie : 27 février
Chorus
François Delisle fait partie de ce groupe restreint de réalisateurs inclassables qui créent une oeuvre en marge des codes du cinéma populaire. Son film précédent, l'expérimental Le météore, a obtenu le prix de la critique québécoise en 2013. Son sixième long métrage s'attarde au destin d'un couple (Sébastien Ricard et Fanny Mallette), deux personnes qui doivent composer avec la disparition de leur fils de huit ans et finissent par être rongés par l'angoisse. Séparés, ils devront composer avec un deuil tragique. Chorus sera présenté aux festivals de Sundance et de Berlin et en clôture des prochains Rendez-vous du cinéma québécois. Date de sortie : 6 mars
Gurov et Anna
Après bien d'autres, c'est au tour de Rafaël Ouellet (Camion) de présenter une première oeuvre tournée dans la langue de Steven Soderbergh. Lui aussi s'intéresse à un couple, mais sous un angle plus convenu, celui de la relation toxique. Ben (Andreas Apergis), un universitaire obsédé par une courte nouvelle de Tchekhov à propos d'une liaison qui se transforme en amour authentique, transpose son fantasme sur une jeune étudiante (Sophie Desmarais).
Date de sortie : 20 mars
La passion d'Augustine
Dans un tout autre registre que les autres films retenus, Léa Pool revient à la fiction, quatre ans après La dernière fugue, pour La passion d'Augustine. La réalisatrice se penche sur le destin de Simone Beaulieu, devenue mère Augustine (Céline Bonnier), qui dirige un petit couvent où règne la musique et qui est menacé par l'instauration du système d'éducation public québécois. La distribution réunit plusieurs de nos grandes actrices, de Marie Tifo à Andrée Lachapelle, en passant par Valérie Blais, Diane Lavallée, Pierrette Robitaille et Maude Guérin. Date de sortie : 20 mars
Aussi
L'amour au temps de la guerre civile, Rodrigue Jean (6 février)
Ouïghours, prisonniers de l'absurde, Patricio Henriquez (13 février)
La chanson de l'éléphant, Charles Binamé (20 février)
Le scaphandrier, Alain Vézina (20 février)
Les loups, Sophie Deraspe (6 mars)
Boychoir, François Girard (20 mars)
Noir (NWA), Yves-Christian Fournier (10 avril)
Corbo, Mathieu Denis (17 avril)
Aurélie Laflamme - Les pieds sur terre, Nicolas Monette (24 avril)
Le nez, Kim Nguyen (avril)