Une oeuvre de Lucienne Cornet présentée dans l'exposition Jardins, à la Maison Louise-Carrier

Rentrée arts-visuels: solos en séries

Après avoir inauguré d'un même souffle les expositions célébrant le 20e anniversaire de Méduse la fin de semaine dernière, les amoureux d'arts visuels auront l'embarras du choix cet automne parmi les solos présentés dans les galeries et les centres d'artistes. Voici un survol de ce que nous avons inscrit dans notre carnet automnal.
 
<p><i>Starling Cage</i>, de Graeme Patterson</p>
Graeme Patterson
Starling Cage
Après avoir vu la magnifique exposition Secret Citadel à la Galerie de l'UQAM l'an dernier, on ne peut que se réjouir d'accueillir un morceau de l'univers étrange, minutieux et nostalgique de Graeme Patterson dans la capitale. Son exposition-installation Starling Cage comprend une sculpture vidéo interactive, une cage dont les barreaux en laiton sont sensibles au toucher, ainsi que des photographies.
À la Galerie 3 du 30 octobre au 29 novembre
Diane Landry
La route parachute
Rien que le titre, déjà, ouvre l'imaginaire. Diane Landry a le talent rare d'émouvoir avec des images, des actions et des objets d'une désarmante simplicité, placés dans un temps suspendu. Son histoire-image, inspirée par le travail sonore de Jocelyn Robert, mélange performance, sculptures-maquette et vidéo.
À La bande vidéo jusqu'au 4 octobre
<p><em>Grande Raie</em> de l'exposition <em>Sa mère est un jardin</em> de Lucienne Cornet</p>
Lucienne Cornet
Jardins
J'ai toujours aimé les loups de Lucienne Cornet, qui se métamorphosent en s'élançant à l'entrée du Centre des congrès. L'artiste, qui a déjà 50 ans de carrière, expose trois fois plutôt qu'une cet automne. D'abord à la Galerie Louise-Carrier et à la bibliothèque Saint-Jean-Baptiste (À demeure, jusqu'au 4 octobre), puis à l'Espace Parenthèses du Cégep de Sainte-Foy (Sa mère est un jardin, du 21 septembre au 9 octobre). Fragments, origines et archéologie d'atelier nourrissent sa démarche.
À la Galerie Louise-Carrier, jusqu'au 7 octobre
<p><i>Jardins des marais</i>, de Denis Pellerin</p>
Denis Pellerin
La seule exposition automnale prévue pour l'instant chez Lacerte à Québec est celle de Denis Pellerin, dont les assemblages denses, voire luxuriants, exercent un inexplicable attrait. Ses oeuvres murales, à la frontière du bas-relief, naissent de superpositions et de juxtapositions de peinture et de morceaux de toile. Un riche amalgame de matière brute et de déchirures.
À la Galerie Lacerte du 7 au 29 novembre
<p><i>Peace and Sleep</i>, d'Harold Klunder</p>
Harold Klunder
La Galerie Michel Guimont célèbre ses cinq ans en présentant d'abord des oeuvres récentes de Marcel Barbeau, jusqu'au 11 octobre, puis un solo de Harold Klunder. Ses dédales de couleurs rappellent les toiles de Kandinsky, tout en ayant une vibration particulière, parfois presque tribale et par moments plus évanescente. Plongeons visuels en perspective.
À la Galerie Michel Guimont du 18 octobre au 8 novembre
***
Aussi à voir
Pour sa peinture éclatée : Dan Brault, Buffet campagnard à la Galerie 3 du 25 septembre au 25 octobre
Pour ses florilèges baroques : Paryse Martin à la Galerie Michel Guimont du 15 novembre au 6 décembre
Pour ses trésors du quotidien : Ève Cadieux, (Petits) vestiges annoncés, chez VU jusqu'au 11 octobre
Pour sa poésie : Aline Martineau, Fanfare et compagnie, à la maison Hamel-Bruneau du 30 septembre au 13 décembre
Pour son irrévérence politique : Chris Lloyd, Dear PM, au Lieu dès le 27 novembre
Pour dire adieu : Christof Migone et Avatar ont installé des sérigraphies dans les fenêtres de Sillons le disquaire, rue Aberdeen
<p>Une des oeuvres de l'événement Forme élargie/Expanded Form</p>
Collectifs à la carte
Outre L'art en soi, une exposition qui permet d'expérimenter les différents paramètres de la perception et qui se poursuit à la Villa Bagatelle, quelques collectifs nous font plonger dans des univers particuliers cette saison.
Forme élargie/ Expanded form
Le centre d'artiste de Lévis s'intéresse à l'évolution de la sculpture cette année, et ouvre sa saison par une exposition protéiforme regroupant des oeuvres de Lois Andison (Toronto), Chris Curreri (Toronto), Fred Laforge (Montréal), Jacinthe Lessard-L (Montréal), NaoKo TakaHashi (Londres) et Mathieu Valade (Saguenay), qu'on a vu au Symposium de Baie-Saint-Paul. Sous le commissariat d'Amélie Laurence Fortin et du Polonais Pawel Kaminski.
À Regart jusqu'au 25 octobre
Naked Crafts, les métiers d'art mis à nu
Puisque 2015 est l'année des métiers d'art, Materia présente l'ambitieux projet de cinq commissaires du réseau Naked Crafts (qui regroupe des spécialistes des métiers d'arts). Quatre thématiques permettent de faire des liens entre les oeuvres de 22 créateurs du Canada et de l'Écosse.
À Materia du 26 septembre au 28 novembre
Aussi à voir
Pour un panorama de l'art nantais 
L'événement Québec/Nantes de la Manif d'art, à Avatar, à L'OEil de Poisson, au Lieu et à la Galerie des arts visuels de la fin octobre à la fin novembre
Pour traverser le miroir
Interférence, exposition collective de dark art, au Mur insolite, jusqu'au 29 novembre (vernissage le 26 septembre)
Pour une soirée endiablée
Le Cabaret ben normal de Folie/Culture, au Cercle le 9 octobre