Dave Lévesque croit qu'il aurait pu remettre une carte de 65 ou 66 s'il n'avait pas eu d'ennuis avec ses coups d'approche.

Renaissance relevée pour l'Omnium du Québec de golf

Dix-huit ans après sa dernière présentation, l'Omnium de golf du Québec ressuscite jeudi, à Québec. Les allées du club de la Faune accueillent une centaine de concurrents, dont la plupart des meilleurs professionnels du Québec, plusieurs du reste du Canada et 16 prétendants des États-Unis.
Chris DiMarco peut être qualifié de champion en titre de l'Omnium du Québec, près de deux décennies après sa performance de -18 au Dorval. En 1996, un DiMarco de 28 ans empochait 22 500 $ et méritait sa première victoire chez les professionnels après deux saisons décevantes dans la PGA. Il a plus tard triomphé à trois reprises sur le grand circuit, dont il fait toujours partie, terminant trois fois deuxième de l'un des quatre tournois majeurs.
DiMarco ne défendra pas son titre sur le parcours situé en bordure de l'autoroute Laurentienne. Mais les 100 000 $ en bourses, dont 18 000 $ au vainqueur, attireront des joueurs de fort calibre pour cette compétition disputée sur quatre rondes de 18 trous jusqu'à dimanche.
À commencer par Dave Lévesque, gagnant vendredi dernier du prestigieux championnat de la PGA du Canada. L'athlète de 40 ans natif de Price ne cache pas ses visées de victoire à la Faune, terrain où il a remporté la Coupe des champions de l'Association des golfeurs professionnels (AGP) du Québec en 2011.
Lévesque occupe le deuxième rang au classement de la PGA du Canada, entre l'Ontarien Bill Walsh et le Britanno-Colombien Bryn Parry. Les deux seront aussi en action dans l'arrondissement Charlesbourg. Walsh participera ensuite à l'Omnium canadien de la PGA, dans trois semaines, au club Royal Montréal de l'Île-Bizard.
Puis il y a les ténors québécois. Comme Daniel Talbot, 61 ans, vainqueur de l'Omnium du Québec en 1979, en 1981, en 1984 et toujours capable de faire des siennes comme son triomphe par cinq coups l'an dernier à la Coupe des champions, sur ce même tracé. Ou encore Serge Thivierge, victorieux en 1978, et Yvan Beauchemin. Le dernier Québécois à avoir raflé les grands honneurs de l'Omnium du Québec est Stéphane Talbot, en 1994.
Une riche histoire
Créé en 1909, il s'agit du deuxième plus ancien tournoi au Canada, cinq ans plus jeune que l'Omnium canadien. Si le Québécois d'origine britannique Charles Richard Murray a remporté cinq des six premiers Omniums du Québec, son jeune frère Albert Henri gagnant celui de 1910, la domination était devenue presque entièrement américaine à la fin avec sept des neuf derniers vainqueurs résidant au sud de la frontière.
La dernière fois que la compétition s'est tenue à Québec, Raymond Huot a eu le dessus au Royal Québec, club que sa famille a pratiquement bâti. En 1970, au Lorette, l'Américain Jay Dolan enregistrait la première de ses deux victoires consécutives, tandis qu'en 1965, le légendaire Adrien Bigras avait été le meilleur au Royal Québec.
L'Omnium du Québec de 2014 constitue la première des huit tranches de la série Prestige de l'AGP. Sur l'ensemble de la saison, cette série distribuera près de 500 000 $ en bourses. L'Omnium du Québec appartenait auparavant à Golf Québec, mais l'AGP en a acquis les droits jusqu'en 2016.