L'aéroport international Jean-Lesage aura investi, d'ici 2018, 500 millions $ pour moderniser ses infrastructures, à raison de 50 millions $ par année sur 10 ans. À lui seul, l'agrandissement de l'aérogare inaugurée en 2008 aura nécessité 277 millions $.

Remue-ménage dans les infrastructures

Il n'y a pas que l'aérogare qui subira une cure de Jouvence d'ici 2018. Plusieurs autres infrastructures aéroportuaires ont été modifiées.
Au cours des dernières années, certaines installations ont été rénovées voire déplacées sur les terrains de l'aéroport. D'autres ont été aussi construites.
«La base qu'on avait, c'était quand même deux pistes très fonctionnelles et les stationnements de surface. Mais le reste des équipements, c'était so-so», explique Gaëtan Gagné, président et chef de la direction d'Aéroport de Québec inc., au sujet de l'état des infrastructures au moment de la privatisation.
«On a refait le garage d'entretien. On a refait la station de pompiers. On a fait des stationnements couverts. On s'est fait un édifice à bureaux», dit-il en ajoutant que des aires de circulation ont été rénovées et certains locataires comme l'association Les Ailes québécoises et le fournisseur de services aux avions privés Avjet ont été délocalisés. «À l'heure actuelle, on a 550 millions $ en actifs aux livres. Lorsqu'on a démarré l'entreprise, on en avait pour 4 millions $.»
Tout récemment, la piste d'atterrissage secondaire, la 11-29 - les chiffres désignent l'orientation par rapport au nord magnétique - et la croisée des deux pistes ont été réasphaltées au complet. L'été prochain, la 06-24, la piste principale, sera fermée pendant 80 jours. Seule la piste 11-29 sera ouverte. «Ça occasionne des ajustements au niveau des compagnies aériennes, mais elles sont déjà au fait depuis deux ou trois ans, puis elles vont planifier en conséquence», conclut M. Gagné.